/misc
Navigation

Les gars de la télé et le touladi

Coup d'oeil sur cet article

J’ai demandé à quelques têtes d’affiche du petit écran de nous parler de leurs stratégies d’ouverture. J’ai récemment contacté six animateurs d’émissions de télévision de pêche afin qu’ils nous dévoilent les stratagèmes qu’ils privilégieront lors de leurs premières excursions à la grise. Voici donc ce que Raymond Carignan, Norman Byrns, Maxime Gilbert, Daniel Robitaille et Martin Dalair avaient à dire sur le sujet. Une autre personnalité a préféré ne pas se prononcer.

Daniel Robitaille

Photo courtoisie

Depuis quelques mois, ce guide reconnu propose aux téléspectateurs de TéléMag et de V la nouvelle série Leurre Juste. Les nappes qu’il aime exploiter sont le Mistassini, le Champlain et le Memphré. Tout comme M. Dalair, Daniel a choisi le grand lac Jacques-Cartier pour sa première sortie de pêche printanière. En début de saison, il cherche les endroits où l’eau est moins froide comme les baies peu profondes et bien exposées au soleil. Si le fond est mou et que la perchaude s’y reproduit, cela devient doublement intéressant. Il y a aussi l’embouchure des tributaires qui sont les hôtes de nombreux éperlans. Pour ces deux types de secteurs poissonneux, il préconise la pêche à la traîne avec un parcours en «S», à plus de 40 mètres de distance, pour ne pas apeurer les spécimens qui évoluent non loin de la surface. Il pompe occasionnellement sa canne afin de rehausser l’action de son Flicker Shad de 7 ou 9 cm, de sa Williams HQ 1/3 oz ou de sa Memphrémagog Smelt Tandem. Quand les ogres visés sont inactifs ou qu’ils préfèrent se gaver d’espèces qui évoluent près des abysses, il tente sa chance à la verticale avec un leurre souple tels le Power Minnow ou le Ripple Shad. www.leurrejuste.com

Maxime Gilbert

Photo courtoisie

Cet amateur qui se passionne pour toutes les espèces vient de se joindre à l’équipe de Pêchomaniak, sur les ondes de TVA Sports, à titre de spécialiste. Lorsqu’il souhaite attraper ces prédateurs, il se dirige vers les lacs Beaven ou Témiscouata, ou vers le réservoir Cabonga, endroit qu’il affectionne pour son ouverture. Lapi, comme ses amis le surnomment, noue un BaitBall de type Jerkbait de couleur orange, qui imite deux menés qui se suivent, à un bas de ligne en fluorocarbone relié à un fil plombé de faible diamètre. Il tente ensuite de localiser des bandes de petits poissons à proximité des fosses, des pointes sous-marines, des plateaux et des escarpements abrupts. Il présentera son montage à une vitesse de 3 km/h de façon à générer un spectacle invitant et surtout facile à saisir au passage. Si les spécimens se vautrent sur des cimes ou à des profondeurs de moins de 15 mètres, il empale un Impulse Smelt Minnow sur une tête de plomb Northland blanche. Après avoir trouvé les touladis avec son sondeur, il descend sa dandinette à la profondeur connexe et il la remonte très rapidement d’environ un mètre toutes les 10 secondes. Cette technique agace la grise au maximum. www.facebook.com/pechomaniak

Raymond Carignan

Photo courtoisie

Ce vieux routier a remporté plusieurs prix pour son concept télévisuel Passion Plein Air, diffusé à RDS depuis plus de 21 ans. Ses sites de prédilection pour la truite grise sont les lacs Mistassini, Ontario et le Champlain, où d’ailleurs il tentera sa chance ces jours-ci. Raymond optera alors pour la pêche à la traîne lente avec des dériveurs de surface doubles montés sur un mât à l’avant du bateau avec des lests pour couvrir différentes profondeurs. Cette présentation évite d’apeurer les prédateurs qui évoluent dans des zones moins profondes. Il exploitera principalement les structures de sable et de petit gravier ainsi que les substrats mous avec la Mepps Syclops Lite #3, la Williams HQ35, le Rapala J-9 et le Storm ThunderStick Madflash. M. Carignan pêchera aussi à la jig près du fond, à des profondeurs variées avec une Williams Ice Jig J60, un Z-Man Paddlerz 4’’, un Mister Twister 4’’ Sassy Shad perle ou une dandinette Judd, blanche et en poils de chevreuil. Il s’attardera aux alentours des embouchures de ruisseaux et des baies reliées où des activités de reproduction d’éperlans, de meuniers ou autres se déroulent. Selon ses propos, cette méthode fait réagir les poissons inactifs, même s’ils ont la panse pleine. www.passionpleinair.tv

Norman Byrns

Photo courtoisie

Ce passionné, qui a dernièrement perdu plus de 50 kilos, est à la barre de l’émission Bonne Pêche, depuis 1997, sur le Réseau des Sports. Ses lacs préférés pour déjouer les ombles gris sont le Champlain, le Memphrémagog et le Mistassini. Dès qu’il aura l’occasion de sillonner le Memphré, il ciblera des structures sous-marines qui se détachent du relief ou près des zones qui s’enfoncent plus profondément, entre deux et sept mètres sous la surface. Il se servira, à la traîne, d’un poisson-nageur, d’une offrande métallique ondulante ou d’un Jerk Shad blanc ou éperlan de cinq pouces. L’autre approche qu’il suggère consiste à travailler une cuillère modèle Mouchetée avec un avançon de 120 cm noué à un Streamer ou à un Power Minnow Gulp Alive de 4 pouces dans les secteurs qui se réchauffent le plus rapidement comme les baies et les hauts-fonds de sable. www.actionchassepeche.com

Martin Dalair

Photo courtoisie

Ce sympathique personnage qui présente les différents reportages de Vacances Nature, à RDS, adore taquiner le doré, l’omble de fontaine et la grise. Ses terrains de jeu favoris sont l’Albanel, le Mistassini et la réserve faunique des Laurentides. Dès que les conditions météorologiques le permettront, il remorquera son embarcation jusqu’à un site qu’il estime être encore un secret bien gardé, surtout au printemps, c’est-à-dire le grand lac Jacques-Cartier. Martin exploitera tout d’abord l’embouchure de l’affluent majeur, avec une Sutton 44 ou 71 qui imite un éperlan, car les touladis s’y donnent rendez-vous pour se délecter des petits poissons qui viennent y frayer. Il se servira ensuite d’un thermomètre afin de trouver des secteurs plus chauds dans trois ou quatre mètres de profondeur. Son arsenal préféré sera alors composé d’une canne à mouche, d’une soie calante et d’un gros streamer bleu orangé qu’il activera à l’occasion par saccade lors de ses déplacements à basse vitesse. www.facebook.com/naturesav