/opinion/columnists
Navigation

Ouvrir quels livres?

caucus liberal
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

La loi sur le financement des partis politiques et les dépenses électorales a été adoptée en août 1977, sous René Lévesque, en pleine canicule.

Elle rendait illégales des souscriptions corporatives. Seuls les simples citoyens pouvaient contribuer au parti politique de leur choix. Le stratagème des prête-noms a aussitôt surgi, sous le couvert de ce qui a été pudiquement appelé le «financement sectoriel», chez des firmes d’ingénieurs, de grands bureaux d’avocats, des entrepreneurs, etc., afin de contourner la loi.

Tous ceux qui ont gravité dans l’univers politique au cours des quatre dernières décennies connaissaient la pratique des prête-noms.

Les partis politiques ont aussi l’obligation légale de fournir au Directeur général des élections (DGE) un rapport annuel fort détaillé sur leurs souscriptions et sur leurs dépenses. Il a déjà ces rapports.

Gens déconnectés

Les seuls qui n’ont rien vu passer sont les fonctionnaires du bureau du DGE. Ou ce sont des gens incapables, déconnectés, ou ils ont pratiqué de l’aveuglement volontaire. Et nous demandons à ces mêmes fonctionnaires de faire enquête sur ce sur quoi ils ont fermé les yeux depuis 1977?

La demande des partis d’opposition, «d’ouvrir les livres» des 20 dernières années sur le financement des partis, suppose qu’il y a eu une double comptabilité et qu’ils devraient maintenant remettre la vraie au DGE. Vous rêvez, ou quoi?

Se fier à l’UPAC

La Commission Charbonneau s’est étirée sur quatre ans. Elle nous a coûté près de 50 M$ pour accoucher d’un rapport inodore, incolore et sans saveur.

Pendant ce temps, l’Unité permanente anticorruption colligeait des éléments de preuve, rencontrait des témoins et des sujets d’intérêt, montait ses dossiers. Elle a traduit devant les tribunaux des personnages clés du PLQ.

L’UPAC aurait 46 autres dossiers en marche.

Laissons travailler les policiers. Il n’y a rien à attendre des impuissants fonctionnaires du DGE.