/news/green
Navigation

Rassemblement pour le Jour de la terre au parc La Fontaine

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Le controversé projet d'oléoduc Énergie Est de TransCanada était au centre des discussions samedi, lors du rassemblement du Jour de la terre tenu au parc La Fontaine, à Montréal.

Des discours, des chansons liées à l'environnement et une marche festive étaient au programme de cet évènement annuel organisé par une citoyenne cette année. Un nouvel outil de sensibilisation aux changements climatiques a également été distribué aux participants par l'organisme Coule pas chez nous.

Une centaine de personnes se sont rassemblées vers 13 h pour participer à cet événement en lien avec le Jour de la Terre – qui avait lieu vendredi – au parc La Fontaine.

Des personnalités publiques et politiques ainsi que des leaders environnementaux ont pris la parole, notamment l'humoriste et environnementaliste Jici Lauzon, de Carole Dupuis du Regroupement vigilance hydrocarbures Québec et Patrick Bonin, responsable de la campagne Climat-Énergie à Greenpeace.

Cette année, l’accent était particulièrement mis sur la question de la dépendance aux hydrocarbures et les risques associés au transport du pétrole dans la province.

Initiatives citoyennes

La question du projet de pipeline Énergie Est était au centre des discussions. TransCanada a récemment confirmé sa mise en service projetée en 2020. Or c’est cette même année où doit entrer en vigueur le cadre de lutte contre le réchauffement climatique de l’Accord de Paris.

Dans la foulée de ce qui s’est passé à Paris et la signature par au moins 175 pays, dont le Canada de cet accord, vendredi, à New York, Patrick Bonin croit que les gouvernements doivent maintenant passer aux actes.

Au moins 175 pays, dont le Canada, les États-Unis, la Chine, la Russie et l’Inde ont signé l’Accord de Paris au siège des Nations unies à New York vendredi.

«Le compte à rebours est parti pour se libérer des combustibles fossiles», a-t-il dit en entrevue avec l’Agence QMI. Selon lui, ce combat sera soutenu par les citoyens.

Patrick Bonin estime que la mobilisation citoyenne au Québec contre ce projet sera de l’ampleur de celle sur les gaz de schiste.

«C’est la résistance qui s’organise face à l’envahisseur pétrolier au Québec», a-t-il mentionné, soulignant que la bataille sera celle des organisations comme la sienne.

Le responsable de la campagne Climat-Énergie de Greenpeace a rappelé que 2015 a été l’année la plus chaude et croit que les gouvernements doivent faire la promotion des solutions comme les énergies renouvelables. M. Bonin a d’ailleurs salué le projet de réseau de transport électrique, tout en soulignant qu’il y avait des améliorations à faire.