/news/currentevents
Navigation

Le Bureau d’enquête indépendante opérationnel à la mi-juin

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC | Le bureau d’enquête indépendante (BEI) sera opérationnel à la mi-juin, un retard causé par l’ajout d’une formation de dernière minute sur les agressions sexuelles qui est données aux enquêteurs.

«Même si cette formation n’était pas prévue, il m’est apparu au mois d’octobre, suite aux évènements de Val-d’Or, que ce serait un dossier qui se serait retrouvé sur notre bureau», a affirmé la présidente du BEI Madeleine Giauque lors de son passage en commission parlementaire la semaine dernière.

« Pas prévu »

La première formation reçue par les enquêteurs s’est terminée à la mi-avril. Elle n’abordait pas la question des agressions sexuelles commises par les policiers, car «ce n’était pas prévu au mandat», a-t-elle expliqué. Le ministre de la Sécurité publique Martin Coiteux a confirmé qu’il modifierait le mandat du BEI pour qu’il puisse en tenir compte.

Le bureau, qui est chargé d’enquêter sur le travail des policiers impliqués dans des évènements où des citoyens sont tués ou blessés, devait commencer ses activités en avril. Mais comme il ne sera pas possible «de dégager des gens pour de la formation», Mme Giauque a pris la décision de repousser son ouverture pour donner le cours à l’avance.

Embouteillage

L’embouteillage des formations est aussi dû au blocage des nominations de quatre inspecteurs par le ministre par intérim de la Sécurité publique Pierre Moreau. Lorsque Martin Coiteux a hérité du poste, il s’est rangé derrière les choix de Mme Giauque.

La formation a débuté le 11 janvier, alors qu’une partie du personnel n’était pas encore choisi.