/news/health
Navigation

50 super-cliniques d'ici la fin de 2018

50 super-cliniques d'ici la fin de 2018
Photo le Journal de Québec, Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Les milliers de patients qui doivent attendre pendant des heures à l’urgence auront bientôt accès à des super-cliniques ouvertes 12 heures par jour, 7 jours sur 7, promet Québec qui se heurte toutefois à la résistance des médecins.

En donnant le feu vert à la création de 50 super-cliniques d’ici la fin de 2018, le ministre de la Santé Gaétan Barrette a annoncé hier un «tournant décisif» dans les soins de santé au Québec.

Dès 2016-2017, 32 de ces cliniques pourraient voir le jour dans les milieux les plus peuplés du Québec afin de désengorger les urgences

Elles devront offrir au minimum 20 000 consultations par année, dont 80% auprès des patients qui n’ont pas de médecin de famille ou dont le médecin ne pratique pas à cet endroit.

Les médecins contrariés

Est-ce que les médecins accepteront de travailler des heures prolongées les soirs et les fins de semaine? Pour Gaétan Barrette, c’est à eux de «s’adapter» .

«Depuis quand les rendez-vous doivent-ils se donner seulement de 8h à 15h du lundi au vendredi? Il n’y a pas de règles», plaide-t-il.

Le président de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec, le Dr Louis Godin, se montre plus réticent.

«Nous croyons qu’offrir des services pendant 8h la fin de semaine est suffisant pour répondre aux besoins. On a la crainte que les cliniques qui ont manifesté un intérêt ne soient plus aux rendez-vous avec 12 heures d’ouverture les samedis et dimanches», dit-il.

Le Conseil pour la protection des malades est nettement plus enthousiaste. «Si les médecins embarquent, on devrait voir des urgences moins bondées d’ici un an. Si ça marche, ça sera révolutionnaire», dit le porte-parole Paul G. Brunet.

Obligation de résultats

Pour inciter les Groupes de médecine de famille (GMF) à se convertir en super-clinique, le gouvernement leur offrira un montant de 60 000$ pour démarrer le projet, suivi d’un financement annuel récurrent allant jusqu’à 232 966$.

Mais les cliniques qui n’atteindront pas leur cible de consultations pourraient se voir retirer leur accréditation.

Aussi, le projet ne se retrouvera pas dans les mains de promoteurs immobiliers, promet le ministre Barrette. C’est le ministère qui désignera l’emplacement de chaque super-clinique.

Chaque établissement desservira environ 50 000 personnes. Les régions moins peuplées comme la Gaspésie et la Côte-Nord n’auront pas de super-cliniques.


Actuellement:

- Les patients sans médecin de famille doivent se tourner vers les urgences ou les Groupes de médecine de famille (GMF).

-Il peut être difficile d’obtenir un rendez-vous dans un GMF, puisque ceux-ci réservent la plupart de leurs rendez-vous à leur clientèle.

-Généralement, les cliniques sans rendez-vous sont ouvertes 4 heures le samedi et le dimanche.

Avec les super-cliniques:

- 20 000 consultations annuelles au minimum, dont plus de 80% réservées aux patients sans médecin

- Services offerts 12 heures par jour, tous les jours

- Possiblité de prendre rendez-vous jusqu’à 3h avant la fermeture de la clinique

- Un système de prise de rendez-vous électronique national sera mis en place

- Service de prélèvements sur place sans frais et de radiographie

- Augmentation du nombre de consultations disponibles lors des périodes de pointe (ex. épidémie de grippe)

Les super-cliniques en bref

- Un GMF avec services qui sert d’intermédiaire entre la population et les urgences

- Objectif de 50 super-cliniques d’ici la fin de 2018, dont 32 cette année (un investissement de 17,3, M$)

- Seront créées uniquement dans les zones densément peuplées. Par exemple, 6 sont prévues en Montérégie-Est.

- Financement de 60 000$ pour démarrer le projet

- Par la suite, financement annuel récurrent allant de 82 867$ à 232 966$ selon le nombre de consultations annuelles

- De 6 à 12 infirmières fournies à chaque super-clinique