/sports/hockey/canadien
Navigation

Danault surpris par l’élimination des Blackhawks

Phillip Danault
Photo Agence QMI, Sébastien St-Jean Phillip Danault

Coup d'oeil sur cet article

À titre d’ancien membre de l’organisation des Blackhawks de Chicago, Phillip Danault n’a pas manqué un seul instant du septième match de lundi soir remporté par les Blues de St. Louis.

«Ce fut tout un match de hockey», a commenté l’attaquant du Canadien alors qu’il assistait mardi à une rencontre de presse impliquant des athlètes paralympiques au Centre Claude-Robillard.

«Je n’en reviens pas encore de ce tir de Brent Seabrook qui a rebondi sur chaque poteau, avec moins de quatre minutes à jouer. Une fois de plus, on a eu la preuve que la marge est très mince entre la victoire et la défaite. Il faut que la chance soit de notre bord.

«Je suis peiné pour mes anciens coéquipiers, notamment pour Corey Crawford, qui a effectué des arrêts du tonnerre dans la défaite; pour le capitaine Jonathan Toews, avec lequel je m’entendais bien, et pour Scott Darling, avec qui j’ai joué dans la Ligue américaine.»

Des acquisitions non fructueuses

Danault a été surpris de voir les champions de la coupe Stanley s’incliner dès la première ronde.

«Les Blackhawks avaient mis le paquet pour améliorer l’équipe en allant chercher des attaquants comme Andrew Ladd, Dale Weise et Tomas Fleischmann», a-t-il souligné.

«Mais pour gagner dans les séries, tout doit bien fonctionner en même temps et ce ne fut pas le cas.

«Je crois que les vétérans des Blackhawks ont ressenti la fatigue accumulée depuis l’an dernier. Ce n’est jamais facile de remporter deux coupes Stanley d’affilée.»

Plus à l’aise en septembre

Danault a disputé 21 matchs depuis qu’il est passé au Canadien. Il a récolté trois buts et deux mentions d’aide tout en présentant un différentiel de -2.

L’athlète de 23 ans originaire de Victoriaville doit maintenant parapher un nouveau contrat, lui qui est joueur autonome avec restrictions. Ça ne devrait pas être compliqué puisque Danault n’a pas le droit à l’arbitrage.

«J’ai hâte de me présenter au prochain camp d’entraînement, a-t-il confié. Je pense avoir démontré aux dirigeants du Canadien que je suis un joueur complet. Je serai plus à l’aise en septembre puisque je connaîtrai mieux mes coéquipiers.

«Qu’on m’emploie à l’aile ou au centre n’a guère d’importance pourvu que je joue.»

Une cause qui lui tient à coeur

Danault tenait à assister à la conférence de presse des Jeux paralympiques et du Défi sportif AlterGo car sa copine Marie-Pierre est une bonne amie de Cindy Ouellet, une excellente joueuse de basket-ball.

«J’ai un immense respect pour ces athlètes paralympiques», a-t-il dit avant de participer à un match amical de basket en compagnie de quelques athlètes, dont le demi à l’attaque des Alouettes, Tyrell Sutton.