/news/transports
Navigation

Les taxis contre-attaquent en riant des pubs d’Uber

Ils soutiennent que l’entreprise fait de l’évasion fiscale

Coup d'oeil sur cet article

L’industrie du taxi réplique à une campagne de publicité d’Uber Québec avec des affiches qui accusent notamment l’entreprise américaine d’évasion fiscale.

Menacée de disparition, Uber Québec avait lancé trois publicités différentes qui soutiennent que le ministre enlève aux Québécois une option de moyens de déplacement.

En réplique, le Regroupement des travailleurs autonomes métallos (RTAM) a repris une partie des publicités d’Uber, mais en modifiant le message pour avancer que l’entreprise américaine cache ses revenus dans des paradis fiscaux.

L’industrie du taxi a tourné en dérision les publicités d’Uber Québec (à gauche) en modifiant leurs affiches pour accuser l’entreprise d’évasion fiscale (à droite).
Photo courtoisie
L’industrie du taxi a tourné en dérision les publicités d’Uber Québec (à gauche) en modifiant leurs affiches pour accuser l’entreprise d’évasion fiscale (à droite).

Cette contre-attaque a été largement diffusée sur les réseaux sociaux.

«On trouve aberrant qu’Uber tente d’influencer le gouvernement et la population québécoise avec l’argent qu’ils ont volé aux citoyens. On a donc décidé de faire des contre-publicités parce qu’Uber semble désespéré et on veut remettre les choses au clair», explique le porte-parole du RTAM, Benoît Jugand.

Campagne de « Satire »

D’ailleurs, une autre campagne publicitaire diffusée sur les radios où le porte-parole du RTAM affirme que «près de 8 millions de Québécois utilisent ou ont déjà utilisé le taxi pour se déplacer» en a fait sourciller plusieurs depuis quatre jours.

Notons qu’il y a 8,25 millions de personnes qui résident au Québec, selon le dernier recensement en 2014.

Questionné à cet égard, le porte-parole du RTAM a avoué que le chiffre n’était pas vérifié et que la publicité était plutôt une satire de celles d’Uber.

«Uber est capable de sortir des chiffres et des données qui sont non vérifiables pour mousser leur campagne. Alors, nous considérons que tout le monde au Québec a déjà pris le taxi au moins une fois dans sa vie. Toute la campagne est satirique», souligne M. Jugand.