/opinion/columnists
Navigation

La tolérance aveugle

La gauche n’a que ce mot à la bouche: tolérance, tolérance...

Coup d'oeil sur cet article

En Espagne, un parti d’extrême gauche, Podemos (qui veut dire «Nous pouvons»), propose de réserver des plages aux femmes voilées.

«S’il y a déjà des plages pour gais et des plages pour nudistes, pourquoi n’y aurait-il pas des plages pour femmes musulmanes qui portent le voile?» demande le chef du parti, un ancien professeur de sciences politiques (qui, je tiens à le préciser, n’enseigne pas à l’UQÀM... enfin, pas encore).

«Ce serait la plus importante preuve de tolérance.»

UNE RUE À SENS UNIQUE

Notre ancien caricaturiste Marc Beaudet a déjà fait un dessin génial sur la tolérance.

On y voit un enfant demander à son père: «Papa, c’est quoi, la tolérance?»

Réponse du père: «C’est l’ouverture à certaines cultures qui sont fermées aux nôtres.»

Tout est là.

Autrefois grande défenderesse des droits de la classe ouvrière, la gauche (qui trouve les ouvriers trop beaufs et trop réactionnaires) consacre maintenant ses énergies à la défense des minorités sexuelles, ethniques et religieuses. Elle n’a plus que ce mot à la bouche: tolérance, tolérance...

Mais tolérance à quel prix?

La tolérance est-elle une rue à sens unique ou une autoroute à deux voies?

Est-ce sage de tolérer la culture et les valeurs de groupes communautaristes qui ne tolèrent ni nos valeurs ni notre culture?

Au Malawi, on chasse les albinos pour les tuer et utiliser leurs ossements dans des rituels de sorcellerie. Faut-il se montrer «tolérant» envers ces pratiques barbares, sous prétexte que ça fait partie de la culture de «ces gens-là»?

SOUMISSION

Récemment, un journaliste italien a interrogé le philosophe Michel Onfray sur les agressions de Cologne.

«Je trouve sidérant que notre élite journalistique et mondaine, intellectuelle et parisienne, si prompte à traiter de sexiste quiconque refuse d'écrire professeure ou auteure, n'ait rien à dire au viol de centaines de femmes par des hordes d'émigrés ou d'immigrants, comme on ne dit plus, car le politiquement correct impose migrants», a-t-il répondu.

«La France a renoncé à l'intelligence et à la raison, à la lucidité et à l'esprit critique. Houellebecq a raison: nous vivons déjà sous le régime de la soumission.»

Ce n’est pas seulement la France qui a abdiqué: c’est l’Occident.

Au lieu d’aider les femmes à se libérer et à s’affranchir, nous allons au contraire délimiter des plages pour «femmes voilées seulement», histoire de permettre aux barbus misogynes de bien «encadrer» et de surveiller «leurs» femmes!

Vous imaginez la réaction des Iraniennes et des Saoudiennes qui risquent courageusement leur vie pour se promener cheveux au vent lorsqu’elles liront cette nouvelle délirante?

Lorsqu’elles apprendront que des universités occidentales (des universités, bordel!) encouragent leurs étudiantes à porter le voile pendant une journée, histoire de «lutter contre l’intolérance» ?

SENS DESSUS DESSOUS

C’est le monde à l’envers.

Au lieu d’appuyer les femmes qui veulent se libérer du joug de la religion, on appuie celles qui se conforment au dogme.

Quand les universités occidentales demanderont-elles aux musulmanes voilées de ne pas porter le voile une journée, «pour voir comment ça fait»?