/lifestyle/health
Navigation

Ma vessie me joue des tours

Woman With a Bladder Infection
ruigsantos - Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Saviez-vous que 33 % des femmes de plus de 40 ans subissent des pertes involontaires d’urine? Et que la majorité d’entre elles n’osent pas en parler à leur médecin?

Types

Examinons ensemble deux problèmes fréquents au niveau de la vessie: l’incontinence d’effort et l’incontinence d’urgence.

La première se caractérise par des fuites urinaires survenant lorsqu’il y a augmentation de la pression abdominale et de la vessie par la toux, le rire ou l’effort physique.

Plusieurs facteurs peuvent augmenter le risque d’incontinence d’effort: accouchement vaginal long et difficile, chirurgie pelvienne antérieure, embonpoint, tabagisme et antécédents familiaux d’incontinence d’effort.

Les femmes ménopausées sont aussi plus à risque à cause de la perte d’œstrogènes qui favorise le relâchement des muscles pelviens.

La seconde, appelée aussi vessie hyperactive, pourrait se décrire ainsi: «Votre vie s’organise autour des toilettes.»

Ce type d’incontinence est attribuable à des spasmes musculaires au niveau de la vessie à la suite, par exemple, d’une infection, de calculs urinaires ou d’un accident vasculaire cérébral entraînant des pertes d’urine.

Le détrusor, principal muscle de la vessie, se contracte involontairement même lorsque la vessie n’est pas pleine. On ressent donc une envie subite et pressante de courir aux toilettes. Le café et ses dérivés, de même que l’alcool peuvent irriter la vessie et donner plus souvent envie d’uriner.

Certains médicaments (diurétiques), l’obésité et la constipation peuvent aussi être en cause, de même que la démence, le diabète, la sclérose en plaques, etc.

La majorité des personnes souffrant d’incontinence se sentent gênées par crainte des odeurs désagréables.

Elles ont tendance à éviter les sorties entre amis ou en famille et cessent toute activité physique ou de loisir de peur de s’échapper.

Cela peut conduire à l’isolement et à la dépression, alors que, dans de nombreux cas, l’incontinence urinaire peut être guérie ou tout au moins réduite de façon importante.

Traitements

Dans les traitements non médicamenteux, nous retrouvons la modification des habitudes de vie (plus de fibres pour diminuer la constipation, moins de caféine, de boisson gazeuse et d’alcool), le contrôle du poids, de même que des exercices de physiothérapie (exercices de Kegel, par exemple).

La rééducation de la vessie et la rétroaction biologique sont d’autres méthodes pour diminuer les symptômes.

Il existe aussi plusieurs médicaments pour traiter l’incontinence urinaire: certains préviennent les contractions de la vessie, tandis que d’autres aident à accroître la capacité de la vessie.

Quant à la chirurgie, elle est envisagée si les traitements mentionnés plus haut n’ont pas assez bien fonctionné.

N’attendez pas pour en discuter avec un professionnel de la santé. Il en va de votre qualité de vie.

Question à Johanne

Louisa, 49 ans, de Saint-Pacôme: «Quelle est la différence entre l’arthrose et l’arthrite?»

Chère Louisa, on a tendance à mélanger arthrite et arthrose. Je m’explique: l’arthrose, appelée aussi ostéo-arthrite, est une usure progressive des cartilages des articulations secondaires causée par l’âge, l’obésité, l’hérédité et les blessures articulaires. C’est un problème fréquent, non dangereux et désagréable. Alors que l’arthrite (polyarthrite rhumatoïde, spondylite ankylosante, arthrite psoriasique) est une maladie inflammatoire. Notre propre système immunitaire perd le contrôle et s’attaque à nos articulations et parfois aussi à d’autres organes (cœur, poumons et reins). C’est une maladie plus rare, plus grave et plus douloureuse.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.