/opinion/blogs/columnists
Navigation

Nos auteurs

CA_Steve E. FortinCA_Marie-Eve DoyonCA_Stéphane Lessard

La fin du moment PKP

Pierre Karl Péladeau
Photo Archives / Journal de Québec

Coup d'oeil sur cet article

Le Parti québécois a convoqué les médias cet après-midi pour une importante déclaration. Sébastien Bovet de ICI Radio-Canada affirme qu'une réunion du caucus des députés du PQ a lieu juste avant le point de presse.

Il est le premier journaliste de mon point de vue à avoir accrédité la thèse du retrait de Pierre-Karl Péladeau.

La convergence des souverainistes ne semble pas être un grand succès.

Des circonstances familiales sont peut-être également en cause.

Si cette nouvelle se confirme Ça vient d'être confirmé, ce sera c'est un dur coup pour le Parti québécois.

On pourra tout de même donner à Jean-François Lisée le fait que le passage de PKP aura duré « un moment ».

Moment que le parti aurait sûrement voulu un peu plus long !

À moins qu'il soit plutôt question d'un retrait temporaire ?

Une pause pendant un moment ?

On connaîtra le contenu de la véritable déclaration dans quelques instants...

À suivre...

N.B. Plus de détails.

Mise à jour après l'annonce...

Il faut d'abord souhaiter à M. Péladeau la meilleure des chances pour la suite des évènements. Il avait l'air très secoué pendant son annonce.

Au-delà de la rivalité politique, voir un homme de sa trempe complètement abattu n'est pas chose courante en politique. Je tiens à lui offrir de retrouver la sérénité, ainsi qu'à sa famille et à son entourage.

Les conséquences politiques de cette déclaration sont lourdes, très lourdes.

Pour le Parti québécois, c'est un véritable échec. Comment reconstruire dans ces circonstances où celui qui passait pour être une sorte de sauveur démissionne sur un coup de sang. Je suis de ceux qui ne croient pas à une décision prise de quitter, après mûre réflexion. C'est une décision soudaine qui prend de court toute la classe politique...

Pour le Parti libéral, ce n'est pas nécessairement une bonne nouvelle. Le PLQ avait tout à gagner à conserver l'agenda de la souveraineté (et du référendum) bien présent dans l'actualité politique. Le départ du plus souverainiste des péquistes ne sert pas cette prémisse. Le PLQ attendra de voir qui s'imposera comme prochain chef, avant de se réjouir, ou pas.

Pour la Coalition avenir Québec, je crois qu'on aurait préféré que Pierre Karl Péladeau demeure chef au PQ pour les prochaines élections. Une fenêtre pourrait s'ouvrir pour le rassemblement des nationalistes, mais il est trop tôt pour spéculer.

Enfin pour Québec solidaire, je crois aussi que le scénario de Pierre Karl Péladeau à la tête du Parti québécois sur le long terme aurait été préférable à n'importe quel autre.

Il faudra quelques jours pour y voir plus clair.

Les plaques tectoniques de la politique provinciale ont bougé aujourd'hui. Les prochaines heures seront importantes...