/opinion/blogs/columnists
Navigation

Un papa brisé

Un papa brisé
Ben Pelosse/ Le Journal de Montreal

Coup d'oeil sur cet article

Je suis dégoûtée de voir certains fin-finauds, qui hier encore dénonçaient le tweet stupide de Jeff Fillion, tweeter eux-mêmes des niaiseries et des blagues sur le drame familial de Pierre Karl Péladeau.

Bien sûr, la mort d’un enfant n’est pas comparable à la mort d’un couple. Mais je suis estomaquée de voir ceux-là même qui réclamaient de la compassion envers Alexandre Taillefer manquer totalement d’empathie envers l’homme brisé PKP.

Gardez-vous une petite gêne, svp, les petits comiques.

Arrêtez vos jokes de mononcle sur la garde des enfants. Je vous rappelle qu’il y a deux petits êtres qui sont impliqués ici et qu’ils n’ont pas demandé à ce que leur situation familiale soit « trending » sur Twitter.

Quand un homme choisit de laisser parler son cœur, c’est comme ça que vous réagissez : en jouant au jeu de « qui va faire la meilleure blague sur la garde des Nordiques » ?

Comme vous l’avez fait devant le chagrin d’un père en deuil, gardez donc le silence devant le chagrin d’un homme en deuil d’une vie familiale unie et sereine.

Peu importe le média pour lequel vous travaillez, peu importe vos opinions politiques, ce n'est pas un magnat des médias ni un politicien qui s'est brisé sous vos yeux. C'est un papa.

Alors, laissez donc vos bonhommes sourire en dehors de votre clavier. C'est pas le moment.