/24m/outings
Navigation

15e Festival du Jamais Lu: «Un vrai party de théâtre»

Coup d'oeil sur cet article

 

Photo Courtoisie Festival du Jamais Lu

 

Le Festival du Jamais Lu, qui met à l’honneur des textes de théâtre inédits, organise ce soir un bal littéraire en AZERTY-QWERTY. Le concept: quatre jeunes auteurs, deux Françaises et deux Québécois, présentent au public une fable entrecoupée de tubes dansants qu’ils ont écrit collectivement en 48 heures.

Les jeunes auteures dramatiques Alison Cosson et Marilyn Mattei, venues tout droit de France, ont rejoint ces derniers jours Jean-François Rochon et Louis-Charles Sylvestre, diplômés du programme en écriture dramatique de l’École nationale de théâtre du Canada, afin de se lancer dans ce marathon de création.

«Il y a comme une vérité qui se dégage de se presser le citron comme ça en très peu de temps, ça fait que le geste d’écriture est spontané», lance Louis-Charles Sylvestre.

Les deux Françaises et les deux Québécois se sont réunis durant 48 heures, juste avant le bal, pour réfléchir à une histoire et se partager l’écriture de huit épisodes. Chacun des chapitres doit se terminer par un nom ou une expression suggérant le titre de la chanson qui suivra.

«Mettons qu’ils finissent un épisode par “Mais je veux surtout rester en vie”: là on envoie Staying Alive et tout le monde danse», lance Marcelle Dubois, fondatrice et créatrice du Festival. Ils choisissent eux-mêmes leurs chansons.

Marcelle Dubois, fondatrice et directrice du Festival du Jamais Lu
Photo Courtoisie Festival du Jamais Lu
Marcelle Dubois, fondatrice et directrice du Festival du Jamais Lu

 

«Ce que j’aime c’est que ça fait lever le party, ajoute Louis-Charles Sylvestre. C’est un vrai party de théâtre, j’ai hâte de me relancer dans ce Bal littéraire». Les quatre auteurs se connaissaient: ils ont déjà ont réalisé l’exercice au printemps 2015 dans le cadre d’un festival français visant à rapprocher les adolescents du théâtre, à Vire, en Normandie. Le centre dramatique régional de cette commune se joint d’ailleurs à la réalisation de ce Bal littéraire, version montréalaise et tout public.

«Ici, au Québec, on a déjà réalisé ce concept il y a trois ans, le premier en Amérique du Nord, avec des artistes plus aguerris, et là la particularité c’est qu’on jumelle de jeunes auteurs de la France et du Québec sur le thème de cette édition, “Embrasser large”», explique Mme Dubois.

Louis-Charles Sylvestre, auteur qui participera ce soir au Bal littéraire en AZERTY-QWERTY
Photo Courtoisie Festival du Jamais Lu
Louis-Charles Sylvestre, auteur qui participera ce soir au Bal littéraire en AZERTY-QWERTY

 

Une histoire cohérente

«Le défi, c’est de raconter une fable suivie, indique Louis-Charles Sylvestre. On veut évidemment qu’il y ait des revirements, des punchs, des surprises, c’est vraiment un gros travail avant de se plonger dans l’écriture de nos scènes respectives et après, quand on va se lire, on va s’apercevoir qu’il y a plein d’affaires qui ne marchent plus!»

Il ajoute qu’une autre difficulté sera d’assurer une cohésion dans le langage des personnages, puisque des expressions purement françaises et d’autres très québécoises risqueront d’apparaitre dans l’histoire. «On veut qu’ils parlent de la même façon, qu’il y ait une certaine constance, le défi de la langue rentre en compte, souligne-t-il. L’an dernier on avait décidé d’avoir des personnages français et d’autres québécois.»

L’auteur se dit prêt à se livrer à ce «quasi» match d’impro: «On est comme obligé d’assumer chaque ligne. Je trouve que c’est ça qui fait que l’histoire est bonne, on n’a pas le temps de tout analyser».

Le Festival du Jamais Lu fête ses 15 ans cette année et présente notamment des événements théâtro-littéraires aux concepts éclatés, en compagnie d’auteurs de la relève issus du Québec et d’ailleurs. «Un auteur, on a toujours l’impression que c’est une bête un peu énigmatique qui écrit de façon obscure, croit Mme Dubois. Pourtant c’est surtout quelqu’un qui parle de notre époque, qui questionne notre époque, qui a le goût d’un dialogue sur l’actualité. C’est comme ça qu’on a envie de penser l’auteur: ces soirées festives ont vraiment cette vocation.»


Bal littéraire en AZERTY-QWERTY

3 mai à 20h au Théâtre aux Écuries

14$