/24m/city
Navigation

Quartier des spectacles: Les poubelles aspirateurs inutilisées devenues des nids à rats

Poubelles aspirateurs
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Inutilisés depuis leurs installations, les tuyaux du système de poubelles aspirateurs dans le Quartier des spectacles sont devenus de véritables nids à rats, a appris le 24 Heures.

Le système de poubelle pneumatique, qui n’a jamais servi et a coûté plus de 8 M$ aux Montréalais, est devenu l’abri des vermines.

«Ce sont de grands tuyaux vides, c’est un endroit parfait pour les rats et même si le système ne sera jamais en fonction, les cols bleus doivent l’entretenir en le nettoyant pour éviter que la vermine y reste», a confié Valérie Plante, conseillère municipale dans l’arrondissement de Ville-Marie.

Ce méga-aspirateur central devait permettre de faire passer les déchets sous les rues du Quartier des spectacles, et vers un centre de tri.

La conseillère Plante se dit inquiète pour la suite du dossier, alors que Montréal est encore exposée à payer des sommes pour ce projet qui s’est avéré être un éléphant blanc.

Un demi-million réclamé

Le gouffre financier n’est pas terminé pour la Ville de Montréal.

Les Montréalais pourraient devoir éponger une nouvelle facture d’un demi-million de dollars ce méga-aspirateur central souterrain.

La compagnie Envac, qui était chargée d’installer ce système, qui a déjà coûté plus de 8 M$ aux contribuables, réclame à la Ville de Montréal 465 651$.

La compagnie suédoise soutient que la Ville lui doit encore de l’argent pour des travaux effectués entre décembre 2010 et juin 2011.

Un récent jugement donne à Envac jusqu’au 16 septembre prochain pour déposer les factures, bons de commande et autres documents nécessaires pour poursuivre ses démarches en vue d’obtenir un remboursement de la Ville.

«Pour le moment le dossier est entre les mains des avocats», s’est contenté de répondre Sean Monclùs, directeur des opérations d’Envac Canada.

Lors de l’arrivée du maire Denis Coderre à la mairie de Montréal, Envac s’est inscrite au registre des lobbyistes pour tenter de convaincre son administration de reprendre le projet.

Montréal a toutefois estimé que le projet est trop coûteux et a décidé de définitivement l’abandonner.

«La poursuite de ce projet nécessitait une dépense supplémentaire de 11 M$, une option jugée trop onéreuse pour l’Administration», explique Andrée-Anne Toussaint, attachée de presse au comité exécutif de la Ville.


Réclamation d’Envac

  • 171 853$ : Travaux effectués entre décembre 2010 et juin 2011
  • 226 111$ : Valeur des matériaux sur le site
  • 5 298$ : Divers frais de déplacement des matériaux
  • Total de la réclamation avec taxes et frais : 465 651$