/news/green
Navigation

7 choses à savoir sur Fort McMurray

Fort McMurray
REUTERS

Coup d'oeil sur cet article

La ville pétrolière de Fort McMurray en Alberta est aujourd’hui évacuée, car elle est la proie de violents feux de forêt.

Voici 7 choses à savoir sur la ville de 80 000 habitants.

1. Porte d’entrée du nord, située à quelque 435 km au nord-est d’Edmonton, Fort McMurray est la dernière ville au nord de l’Alberta.

2. La future ville de Fort McMurray a reçu, en 1870, le nom de l’agent de la Compagnie de la Baie d’Hudson, William McMurray. L’endroit était à l’époque un poste de traite des fourrures.

3. Au début des années 60, Fort McMurray se modernise quand est construite une première grande usine d’extraction du pétrole des sables bitumineux. La ville passe rapidement à 10 000 habitants. Depuis, la ville n’a cessé de croître et aujourd’hui, plus des deux tiers de la population de 80 000 habitants travaillent pour une compagnie pétrolière.

1969
Photo Suncor
1969

4. Les gisements de sables bitumineux de l’Alberta représentent la troisième réserve de brut du monde et une source de richesses et d’emplois pour le Canada pendant plusieurs décennies. Mais leur exploitation à ciel ouvert défigure de vastes terrains et les Amérindiens vivant dans les régions concernées, soutenus par des organisations écologistes, ont dénoncé l’apparition de substances toxiques dans le sol et les eaux.

Fort McMurray
REUTERS

5. Le coût de la vie y est extrêmement élevé. À titre d’exemple, il fallait, en 2015, en moyenne 1800 $ par mois par enfant pour bénéficier d'un service de garderie. Les maisons sont en vente au coût moyen de 1,5 M$.

6. En 2013, la ville avait fait l’objet d’un web-documentaire, Fort McMoney, du journaliste français David Dufresne, qui s’attaquait à l'exploitation des sables bitumineux de l'Athabasca. Le cinéaste s’interroge: la démocratie est-elle soluble dans le pétrole?

Fort McMurray
REUTERS

7. En juillet 2015, un bris dans un oléoduc de la compagnie Nexen Energy s’est produit tout près de Fort McMurray, entraînant un déversement de 5 millions de litres d’un mélange de sable, d’eau et de bitume.