/opinion/columnists
Navigation

Justin a trouvé les mots

Coup d'oeil sur cet article

Les gouvernements Trudeau et de Rachel Nodley en Alberta ont fait montre de beaucoup d’aplomb depuis le début du désastre à Fort McMurray.

Dans de pareilles circonstances, les populations ont besoin de sentir que leurs dirigeants sont bien aux commandes. Elles ont aussi besoin d’être réconfortées et consolées.

Elles souhaitent de tout cœur que tous les moyens seront déployés rapidement pour leur porter secours.

Elles veulent entendre que ces mêmes gouvernements seront encore là pour la reconstruction, lorsque les flammes seront éteintes. Elles craignent l’abandon à leur sort.

Ce drame était un bon test de gestion de crise pour Justin Trudeau et la nouvelle première ministre de l’Alberta. Ils l’ont bien passé. Ils ont su trouver les bons mots.

La partisanerie s’efface

Face à un tel désastre, une extraordinaire logistique doit être vite mise en place pour coordonner le travail de tous les services et agences gouvernementales: sécurité civile, Croix-Rouge, forces armées, policiers, sauveteurs, pompiers, télécommunications, ravitaillement, etc.

Le ministre de la Sécurité publique, le vétéran Ralph Goodale, m’est apparu comme un véritable chef d’état-major depuis mercredi.

Nous ne pouvions pas au Québec ne pas faire de parallèles avec nos propres récents désastres, ceux de Lac-Mégantic, du Grand-Verglas, du déluge du Saguenay...

Des leaders se sont alors révélés: la mairesse Colette Roy-Laroche et Pauline Marois à Lac-Mégantic, Lucien Bouchard durant le Grand-Verglas.

La politique partisane fait place dans ces cas à une grande solidarité humaine, au-dessus des options politiques et des intérêts régionaux. C’est le cas pour Fort McMurray.

Avec un grand P

La chef intérimaire du Parti conservateur, Rona Ambrose, est une députée albertaine. Elle a livré hier un discours ému aux Communes qui s’est terminé dans des larmes pour les souffrances de ses concitoyens.

M. Trudeau a alors traversé la Chambre pour lui faire l’accolade. Dans des moments comme ceux-là, politique s’écrit avec un grand P.