/weekend
Navigation

Susan Sarandon en mère poule

Susan Sarandon et Rose Byrne jouent une mère et sa fille dans la comédie dramatique Ma mère et moi (The Meddler).
Photo courtoisie Susan Sarandon et Rose Byrne jouent une mère et sa fille dans la comédie dramatique Ma mère et moi (The Meddler).

Coup d'oeil sur cet article

Si elle avoue être un peu mère poule avec ses enfants dans la vie de tous les jours, l’actrice Susan Sarandon admet qu’elle est loin d’être aussi intense et envahissante que le personnage qu’elle incarne dans la comédie dramatique Ma mère et moi.

Dans ce film charmant réalisé par la jeune cinéaste Lorene Scafaria (Recherche ami pour partager fin du monde), Susan Sarandon se glisse dans la peau de Marnie, une femme dans la soixantaine qui, après le décès­­ de son mari, décide de quitter le New Jersey pour aller s’installer à Los Angeles afin de se rapprocher de sa fille (Rose Byrne), qui travaille comme scénariste à Hollywood.

Multipliant les messages textes et les visites-surprises à l’appartement de sa fille, Marnie finira par faire craquer la jeune scénariste célibataire.

«J’ai adoré le personnage que j’ai trouvé amusant et intéressant, explique­­ la célèbre actrice de 69 ans au cours d’un entretien téléphonique accordé au Journal.

«Marnie est intense, mais elle est aussi adorable. C’est une éternelle optimiste­­. Elle vit un deuil et elle veut concentrer son énergie à aider les gens qui l’entourent, à commencer par sa fille qui a des problèmes amoureux­­.

«En lisant le scénario, je me suis dit : enfin, un personnage plus âgé qui ne meurt pas ou qui n’est pas gravement malade. On ne se cachera pas qu’en vieillissant, c’est souvent ce genre de rôle là qu’on nous propose. J’ai donc trouvé que c’était rafraîchissant de raconter l’histoire d’une femme plus âgée qui avait encore espoir dans la vie.»

Elle-même scénariste à la base, la réalisatrice Lorene Scafaria s’est beaucoup inspirée de sa propre mère pour écrire le scénario de Ma mère et moi (The Meddler). Susan Sarandon dit d’ailleurs s’être servie d’elle comme source d’information pour approfondir son personnage.

Susan Sarandon dans une scène du film Ma mère et moi
Photo courtoisie
Susan Sarandon dans une scène du film Ma mère et moi

«Ça m’a certainement donné plus de choses à apprendre sur elle. En même temps, ça nous donne aussi une grande responsabilité en tant qu’actrice parce qu’on veut à tout prix bien rendre le personnage et ne pas décevoir la réalisatrice.

«Le mélange subtil de comédie et de drame qu’on retrouve dans le film était aussi un beau défi à jouer pour moi. Le ton du film était délicat à trouver, mais je trouve que ça fonctionne plutôt bien.»

Bientôt à Montréal

En tant que mère et grand-mère elle­­-même, l’actrice a aussi pu s’inspirer de sa propre vie, même si elle ne se trouve pas aussi envahissante avec ses enfants que son personnage.

«J’envoie des messages textes à mes enfants, mais certainement pas aussi souvent qu’elle! lance-t-elle en riant.

«Je m’invite un peu dans leur vie parce que c’est aussi mon travail de mère de veiller sur eux, mais je ne leur dis pas comment élever leurs enfants­­, par exemple. Il faut dire que je suis plus occupée dans la vie que le personnage du film. Alors je n’ai pas le temps d’être présente dans leur vie à ce point là.»

Susan Sarandon passera une partie de l’été à Montréal pour le tournage de The Death and Life of John F. Donovan­­, le premier film anglophone de Xavier Dolan. Natalie Portman, Jessica Chastain, Kit Harington et Kathy­­ Bates feront également partie de la distribution du film.

«J’ai adoré Mommy, qui est un film extraordinaire, mais j’ai aussi beaucoup aimé l’énergie et la personnalité de Xavier, a déclaré Susan Sarandon au sujet du jeune cinéaste québécois.

«Je suis aussi très contente de pouvoir retourner travailler à Montréal, qui est une de mes villes préférées. J’ai très hâte de commencer ce tournage.»


Ma mère et moi (The Meddler) prend l’affiche vendredi (le 13 mai).