/misc
Navigation

Courrier des lecteurs du 9 Mai 2016

Coup d'oeil sur cet article

Lettre 01

Pourquoi pas les CLSC ?

Je me demande quelles sont les véritables motivations du ministre de la Santé pour vouloir ouvrir à tout prix ses 50 supercliniques. Pourquoi ne pas simplement se servir des établissements déjà existants que sont les CLSC?

Ces endroits pourraient très bien desservir les patients que veut cibler Gaétan Barrette. Les CLSC, avec du personnel suffisant et le même nombre de médecins destinés aux super-cliniques, pourraient eux aussi être ouverts 12 heures par jour, 7 jours par semaine. Et que dire aussi de la grande contribution que pourraient apporter les infirmières praticiennes?

Selon un sondage commandé par Le Journal de Montréal, 56 % des Québécois sont insatisfaits de la réforme du Dr Barrette. Nous avons beau tenter de lui dire que nous ne sommes pas satisfaits ou que nous avons des suggestions à lui faire, il ne semble écouter personne d'autre que lui-même.

Jean Bottari


Lettre 02

Les rejets du Parlement

À deux députés d’être reconnus officiellement comme un parti au Parlement fédéral, les 10 députés du Bloc québécois sont systématiquement ignorés dans les processus de consultation parlementaire sur les projets de loi.

À titre d’exemple patent, le député de La Pointe-de-l’Île, Mario Beaulieu, s’est fait refuser l’entrée sur un dossier qu’il a lui-même soulevé en Chambre, à savoir la situation des réfugiés haïtiens et zimbabwéens menacés de déportation. «Il y a un comité spécifiquement là-dessus et je ne peux même pas y aller comme observateur. C'est vraiment pitoyable», soulève avec raison M. Beaulieu.

Il y a là quelque chose de mesquin envers les 10 élus du parti chargé de faire entendre la voix du Québec à Ottawa. Les députés du Québec sont bassement traités comme des rejets alors que notre premier ministre Justin Trudeau clame haut et fort la belle unité canadienne... Foutaise!

Henri Marineau


Lettre 03

L’article 1

Une convergence des partis indépendantistes et la mise entre parenthèses de l’article 1 dans le programme du PQ permettraient à ce nouveau parti d’aller chercher les votes de plusieurs nationalistes. Depuis le dernier référendum, beaucoup d’indépendantistes avaient peur de voter pour le PQ, à cause de la possibilité d’un troisième référendum que nous aurions pu encore perdre. Par ailleurs, dans la prochaine campagne électorale, le PLQ et la CAQ ne pourraient plus faire peur aux électeurs en parlant d’un référendum à court terme s’ils ne sont pas élus. Ainsi, nous pourrions souhaiter que ce nouveau parti nationaliste et indépendantiste puisse nous libérer des libéraux encore au pouvoir, malgré seulement 33 % des voix.

Claude LaRue