/entertainment/music
Navigation

Sur des airs d’hier et d’aujourd’hui

La troupe On the Edge revisite de nombreux succès

ART-ON THE EDGE
Photo courtoisie Majoritairement féminine, la joyeuse troupe On the Edge cible le marché des casinos avec ses interprétations et ses chorégraphies colorées.

Coup d'oeil sur cet article

Une nouvelle troupe de chanteuses et de danseuses fait sensation en ce moment au Saguenay. Sur les rythmes des grands succès des années 1970 à aujourd’hui, On the Edge entraîne le public dans son univers coloré.

«Chaque spectacle est un joyeux défoulement: ça chante et ça danse dans la salle, pendant que la troupe s’éclate sur scène en en mettant plein la vue et plein les oreilles», explique le gérant Félix Ouellet.

Créée voilà à peine deux ans, la formation, qui ne cesse de grandir et de se perfectionner, réunit huit chanteuses et danseuses autour du seul artiste masculin.

En spectacle, on revisite les succès des univers pop, disco, rock et country, des années 1970 à aujourd’hui.

De 18 à 25 ans

De Madonna à AC/DC, en passant par Pat Benatar, Abba ou Shania Twain, les jeunes artistes de 18 à 25 ans enfilent les plus grands classiques dans des chorégraphies colorées et entraînantes.

Elles évoluent sur des bandes vocales, mais, sous peu, des musiciens viendront soutenir la production.

«On the Edge, c’est d’abord et avant tout une “idée de fou” lancée par de jeunes étudiants qui ont le goût de s’amuser et de divertir les gens en partageant une même passion pour la musique. Mais ils travaillent très fort pour offrir une production de qualité professionnelle.»

Pour le gérant, étudiant universitaire en administration, cette expérience se veut une excellente école de vie. «On apprend en s’amusant. C’est du sérieux. Les pratiques sont indispensables tous les dimanches pour en venir à offrir un spectacle de plus en plus impressionnant. Nos artistes doivent être polyvalents et en grande forme, car ils sont appelés à chanter et à danser», insiste le porte-parole du groupe.

Expertises

Celui-ci profite de l’expertise d’une chorégraphe, d’un directeur de tournée et d’un directeur technique. Certaines danseuses proviennent de la compagnie Ecce Mundo. La production 100 % régionale est relevée de plusieurs changements de costumes.

«On ne cherche pas à reproduire la voix de quiconque, mais plutôt à adapter les succès. Par exemple, une chanson d’AC/DC sera chantée par une voix féminine.»

Le prochain «spectacle-party» d’On the Edge aura lieu le 14 mai au Vieux-Théâtre de la Baie. «On vise le marché des festivals et des soirées corporatives. Mais on cible aussi les casinos du Québec et les grands centres comme Québec et Montréal», explique Félix Ouellet.