/news/currentevents
Navigation

La SQ va munir ses agents de caméras corporelles

Les caméras corporelles utilisées dans le cadre du projet-pilote à Edmonton.
Photo d’archives Les caméras corporelles utilisées dans le cadre du projet-pilote à Edmonton.

Coup d'oeil sur cet article

Le plus grand corps de police au Québec compte installer des caméras sur l’uniforme de certains de ses agents dès cet automne, a appris Le Journal.

«On va déployer un projet-pilote, des recommandations suivront ensuite quant à savoir si oui ou non nous irons de l’avant», a dit hier Catherine Beaudry, de la Sûreté du Québec, dans le cadre du Congrès de l’ACFAS.

Les autopatrouilles de la Sûreté du Québec du poste de Val-d’Or sont munies depuis novembre dernier de caméras de surveillance. Mais d’ici la fin de l’année, certains policiers porteront aussi sur leur uniforme une caméra corporelle, qui filmera chacune de leurs interventions­­. Si la SQ jonglait depuis plusieurs années avec l’idée de tester le port des caméras, c’est le scandale des allégations d’agression sexuelle de la part de policiers sur des femmes autochtones à Val-d’Or qui a accéléré les choses, nous explique-t-on.

Balises à imposer

La SQ a aussi l’intention d’étendre son projet-pilote à deux autres postes, plus près de Montréal. L’un des postes munira ses policiers de caméras corporelles, alors que l’autre équipera plutôt les véhicules de police. Le corps de police­­ provinciale a d’ailleurs lancé la semaine­­ dernière un avis d’appel d’intérêt pour les compagnies désireuses de soumissionner pour la fourniture du matériel­­.

La SQ invite d’ailleurs les fournisseurs à se pencher sur plusieurs enjeux liés à un tel projet, soit l’entreposage des images, les technologies utilisées ainsi que l’exploitation des vidéos.

Les différents intervenants qui ont participé au colloque sur les caméras corporelles hier s’entendent pour dire que les corps de police devront convenir de balises avant d’intégrer cet outil de travail.