/sports/hockey/canadien
Navigation

Le complexe dossier Reway

Il n’a toujours pas paraphé son premier contrat avec le Canadien

2015 IIHF World Junior Championship - Quarterfinal - Czech Republic v Slovakia
Photo AFP Martin Reway
Choix de 4e tour du CH en 2013

Coup d'oeil sur cet article

SAINT-PÉTERSBOURG | Martin Reway aimerait bien revenir en Amérique du Nord. Mais, il voudrait plus s’installer à Montréal qu’à St. John’s.

Pour tourner le dos à de bons salaires en Europe, le Slovaque de 21 ans désirerait recevoir une certaine forme de garantie de la part du Canadien et de Marc Bergevin.

À sa sortie d’un entraînement de l’équipe slovaque au Championnat du monde, Reway n’a pas utilisé le mot «promesse» sauf qu’il a clairement établi ses ambitions.

«Je ne connais aucun joueur qui veut se retrouver dans la Ligue américaine quand il décide de partir pour l’Amérique du Nord, a raconté Reway en entrevue au Journal de Montréal. Tu veux jouer dans la LNH, c’est ça l’objectif. Pour moi, ça ne change pas. Je veux percer la formation de la grosse équipe.»

«Évidemment, si je n’y parviens pas, il y a une possibilité que je joue pour la deuxième équipe [Ligue américaine], a-t-il continué. Je dois d’abord obtenir un contrat. Je ne ferme pas les options. Le Canadien dictera une grande partie de mon sort. Ensuite, je devrai tracer mon chemin. Pour l’instant, je ne sais pas encore où je jouerai l’an prochain. J’en suis encore à l’étape des pourparlers.»

L’attrait de la KHL

Pour parler de la Ligue américaine, Reway a volontairement dit qu’il s’agissait d’une possibilité. Avec les IceCaps de

St. John’s, il gagnerait un salaire d’environ 70 000 $. Voilà le principal problème.

«Martin ferait bien plus d’argent ailleurs en Europe que dans la Ligue américaine et il le sait très bien, a raconté le journaliste slovaque Stanislav Bencat du Daily sport. Je crois qu’il pourrait poursuivre sa carrière à Bratislava. Ils ont ses droits dans la KHL. Si une autre équipe de la KHL veut lui offrir un contrat, ils doivent obtenir la permission de Bratislava. C’est donc compliqué. Il serait plus logique de le voir dans la capitale de la Slovaquie.»

Il y a une autre complexité à son dossier. Reway a encore une autre saison à son contrat avec le Sparta de Prague, mais il détient une clause dans son entente lui permettant d’exploiter d’autres avenues.

Après 14 matchs seulement l’an dernier à Prague, le petit attaquant de 5 pi 10 po et 174 lb a quitté le Sparta. Il a expliqué sa décision de partir à Fribourgl.

«Je n’obtenais pas un bon temps de jeu, a-t-il mentionné. Il y avait de nouveaux joueurs au sein de l’équipe avec de gros contrats et les dirigeants voulaient leur donner du temps de qualité. Je me retrouvais parfois à l’extérieur du top six à l’attaque. J’ai parlé à notre DG pour lui demander s’il pouvait améliorer mes conditions. Il n’avait pas de réponse pour moi. J’ai donc demandé un transfert ailleurs avant la fin de la saison. Les dirigeants ne voulaient pas me voir partir pour une autre équipe en République tchèque.»

En Suisse, Reway a produit à un bon rythme avec 21 points (8 buts, 13 passes) en 19 rencontres.

«La marche était assez haute entre la ligue en République tchèque et celle en Suisse, a-t-il dit. En Suisse, les joueurs ont plus d’expérience et il y a plusieurs anciens de la LNH. Ce n’était pas un changement facile, mais je me suis bien adapté.»

Un lent départ

À Saint-Pétersbourg, Reway porte un «A» sur son chandail avec la Slovaquie. Après trois matchs, des victoires de 4 à 1 contre la Hongrie, de 5 à 1 face à la France et une défaite de 5 à 1 contre l’Allemagne, il n’a toujours pas de point.

Même s’il jouait à Prague et Fribourg l’an dernier, le choix de 4e tour en 2013 gardait un œil sur les activités du Canadien.

«Ils ont connu une mauvaise fin de saison et j’entends qu’ils ont besoin de bons attaquants, a-t-il souligné. Je crois que toutes les équipes ont besoin d’un bon marqueur. Mais, ce n’est pas juste ça. Tu dois cadrer dans le système.»

Le CH a jusqu’à la fin de la saison 2016-2017 pour s’entendre avec Reway afin de conserver ses droits.

De l’argent pour sa famille

SAINT-PÉTERSBOURG | Martin Reway a joué deux saisons avec les Olympiques de Gatineau sous la gouverne de Benoît Groulx en 2012-2013 et 2013-2014. Quand le Tricolore l’a réclamé, il était un produit des Olympiques.

À 19 ans, il avait surpris bien des gens en faisant ses valises pour Prague plutôt que de poursuivre l’aventure dans la LHJMQ. Il a rappelé son histoire.

«Il y avait deux raisons. Premièrement, je ne pouvais pas jouer dans la Ligue américaine en raison de mon âge puisque j’avais été repêché comme un joueur de la LHJMQ. C’était impossible pour moi de devenir pro et de jouer à Hamilton. Si je restais à Gatineau, je n’aurais pratiquement pas touché d’argent, les salaires sont presque inexistants dans le junior. Tu reçois plus une allocation.»

«J’avais besoin d’argent pour aider ma famille sur le plan financier. C’était le bon choix pour moi de partir en République tchèque. Je jouais dans une ligue comme des joueurs plus expérimentés et je recevais un vrai salaire.»

Aujourd’hui, Reway soutient que ses parents ne vivent pas dans la richesse, mais qu’ils se débrouillent bien.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.