/opinion/columnists
Navigation

Le feu de l’unité

Coup d'oeil sur cet article

La poursuite du débat sur l’oléoduc Énergie Est pour transporter le pétrole de l’Alberta vers le Québec se fera avec beaucoup plus de respect de part et d’autre, j’en suis convaincu.

Pour nombre de Québécois, les «westerners» étaient tous des JR sans scrupule de la télésérie Dallas, au service de pétrolières sans foi ni loi.

Le désastre de Fort McMurray leur a fait réaliser que derrière les images de foreuses que l’on nous présente toujours, il y a des dizaines de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants «ordinaires», auxquels se sont joints de nombreux Québécois «montés» en Alberta pour les bons emplois disponibles et les bons salaires, comme à la Baie-James et à la Romaine.

Québécois solidaires

Chez les Albertains et les Saskatchewanais qui voyaient les Québécois comme des profiteurs de la péréquation en se foutant de leurs difficultés économiques dues à la chute du prix du pétrole, les perceptions auront aussi sûrement changé.

Le gouvernement du Québec a vite offert avions-citernes CL-415 et pompiers spécialisés. Des citoyens se réunissent pour prier pour les sinistrés, comme à Québec dimanche.

Les Québécois sont aussi nombreux à donner généreusement à la Croix-Rouge pour l’aide aux «réfugiés» de l’incendie qui ont tout perdu, ou ont dû seulement être évacués d’urgence, sans même les articles pour l’hygiène personnelle.

Forte unité

Je ne mêle pas les cartes. Les promoteurs de l’oléoduc et les opposants à son passage sur le territoire québécois demeureront sur leurs positions.

«La bête» ne les aura pas réconciliés. Elle adoucira certainement par contre les termes et le ton des plaidoyers. Peut-être contribuera-t-elle même à une meilleure compréhension et à des compromis.

En titrant «Le feu de l’unité», je ne pensais pas non plus que ce désastre pourrait promouvoir l’unité canadienne. Je ne suis pas si... bête. Je constate seulement qu’il en existe actuellement une, très forte unité, de cœur du moins.