/entertainment/music
Navigation

L’œuvre en toute simplicité

Le quatuor The Beatles Acoustic revisite à sa manière l’œuvre originale du Fab Four. Il sera de passage à Jonquière le 14 mai
Photo Courtoisie Le quatuor The Beatles Acoustic revisite à sa manière l’œuvre originale du Fab Four. Il sera de passage à Jonquière le 14 mai

Coup d'oeil sur cet article

Quatre passionnés du Fab Four issus de deux générations ont créé la formation The Beatles Acoustic avec l’idée de partager toute la richesse de l’œuvre musicale sans artifice.

Habituellement, les groupes-hommage aux Beatles arborent des perruques et enfilent des vestons gris ajustés, tandis que le batteur hoche mécaniquement la tête à la manière de Ringo Starr.

Mais la formation québécoise The Beatles Acoustic tient à prendre ses distances de l’imitation, préférant se démarquer par son interprétation du répertoire. Ici, pas d’artifice, l’œuvre musicale est revisitée sous l’angle des harmonies vocales et des arrangements qui la rendent indémodable.

Du grand art

«Le défi dans l’interprétation de la musique des Beatles, c’est de capter l’essence des pièces dans leur intégralité. C’est saisir toute la complexité, simple en apparence. Recréer les Beatles, c’est comme reproduire la voix d’Elton John. C’est du grand art», insiste le directeur de production James Drouin (guitare, piano, voix), qui forme The Beatles Acoustic avec sa conjointe Andréanne Pouliot (batterie, voix), son père Yves Drouin (basse, voix), et le concepteur de guitares Robin Boucher, reconnu pour les instruments à son nom. Le groupe sera de retour le 14 mai, à la salle Le 4 Barils, de l’arrondissement Jonquière.

Sans déguisements, avec un bassiste droitier (Paul McCartney est gaucher) et une femme à la batterie, le quatuor bigénérationnel offre un tour d’horizon de l’œuvre des Beatles en s’attardant plus particulièrement à leurs derniers albums, dont Abbey Road avec sa pièce Here Comes de Sun.

Au son des guitares acoustiques, des claviers et de la batterie, le quatuor québécois s’attaque aux pièces les plus complexes comme Strawberry Fields Forever, sans les violons.

«On s’efforce de rendre l’âme de chaque pièce sans la dénaturer», insiste James Drouin.

Le groupe maîtrise 80 des 303 chansons enregistrées par le groupe The Beatles durant ses sept années d’existence. Il en aligne une quarantaine en spectacle tout en racontant des anecdotes et des faits historiques. «C’est beau de voir tous ces jeunes découvrir à leur tour l’œuvre des Beatles à travers notre approche acoustique. Ils viennent nous voir, et on aime échanger avec eux», dit James Drouin.