/sports/hockey/canadien
Navigation

Un souhait incertain

Tomas Plekanec n’est pas à l’abri d’une transaction

Un souhait incertain
Photo Le Journal de Montréal, Martin Chevalier

Coup d'oeil sur cet article

MOSCOU  |  Tomas Plekanec n’a jamais connu une autre ville que Montréal dans la LNH. Onze saisons, 842 matchs, 553 points avec la même équipe: le Canadien.

«J’aimerais finir ma carrière à Montréal, a exprimé Plekanec. Je ne m’en plaindrais absolument pas. C’est rare maintenant de voir un joueur jouer plus de 10 ans avec la même organisation. Je suis fier de cet exploit et je sais que Marc Bergevin en est conscient. Il a joué plusieurs années dans la LNH pour plusieurs équipes. Comme il a beaucoup voyagé, il reconnaît encore mieux l’importance de la stabilité.»

Même s’il a signé une prolongation de contrat de deux ans d’une valeur de 12 millions de dollars à l’automne dernier, Plekanec n’a pas l’assurance qu’il finira son entente avec la même équipe.

Impossible à prédire

Lors du bilan du CH, Bergevin avait recyclé la classique phrase: «si Wayne Gretzky a déjà été échangé, tout le monde peut l’être». Mais c’était pour répondre à une question concernant l’avenir de P.K. Subban, pas de Plekanec.

«Même si je me réjouis de ma longévité avec le Canadien, on ne sait jamais ce qui peut survenir, a précisé Plekanec. Je pourrais me faire échanger dans quelques semaines. C’est impossible de prédire ce qui peut arriver. Marc [Bergevin] a comme objectif d’améliorer l’équipe et il fera tout pour y arriver. C’est la réalité de la LNH. Je n’ai toutefois pas peur. Je n’ai jamais entendu dire que le Canadien voulait m’échanger.

«Je n’ai pas de clause de non-échange dans mon contrat, a-t-il poursuivi. Tu n’as pas vraiment besoin d’une clause. Tu n’es jamais à l’abri d’une transaction. Un DG peut te demander de lever ta clause. Quand ça arrive, tu n’as pas vraiment le choix puisque ça signifie que l’équipe ne veut plus de toi. La seule différence quand tu as une clause, c’est que tu as un peu plus de temps pour faire tes bagages puisque les dirigeants t’ont prévenu.»

Et Subban, lui...

Plekanec n’est pas actif sur les réseaux sociaux justement pour se garder loin des nombreuses rumeurs. Malgré tout, il sait que des bruits circulent à Montréal, surtout au sujet de Subban.

Questionné sur son coéquipier, le Tchèque boit une gorgée de son café avant de répondre. Une fois son idée formulée dans sa tête, il y va d’une affirmation très claire. 

«P.K. restera toujours P.K., il n’y a pas de secrets avec lui. Il est un joueur spécial et il a une personnalité différente. Il n’y a rien de mal avec cela. Il n’est pas une mauvaise personne.»

«Nous devons accepter sa personnalité forte, il n’agit pas comme le joueur de hockey typique. Moi, je suis plus conservateur. Mais dans un vestiaire, tu dois vivre avec des personnes différentes. Je sais une chose, tu ne peux pas remplacer facilement un défenseur du talent de Subban. Les défenseurs d’exception comme P.K. ne courent pas les rues. Il est l’un des meilleurs défenseurs de la LNH.»