/opinion/columnists
Navigation

La lâcheté de Dieudonné

Coup d'oeil sur cet article

Dieudonné a été refoulé aux douanes. Ses fans regrettent l’annulation de ses spectacles et font de lui une victime, voire un martyr. Mais que valent ses spectacles, et est-il réellement une victime?

Quand un individu parle de politique pendant deux heures sur un ton monotone, qu’il incarne maladroitement ses personnages, qu’il ne fait appel ni à la gestuelle ni à aucun effet de scène, qualifier ses interventions de spectacles relève de l’hyperbole. Au mieux, il s’agit d’un rassemblement politique animé par un individu inexpérimenté et hargneux.

Déficit d’humour

Dieudonné était drôle dans les années 1990, alors qu’il faisait un duo avec Élie Semoun. Aujourd’hui, il souffre d’un grave déficit d’humour.

Se moquer des millions d’innocents morts dans les chambres à gaz, ce n’est pas drôle.

Regretter que ces mêmes chambres n’existent plus, c’est encore moins drôle.

Tenir des propos ouvertement racistes, faire l’apologie du terrorisme, s’identifier à un djihadiste sanguinaire, ironiser sur la décapitation d’un journaliste, et tourner en dérision les attentats de Bruxelles, c’est franchement dégoûtant. Nier l’existence des camps de concentration en dépit de l’infinité de preuves historiques, c’est carrément grotesque.

Ce qui est toutefois particulièrement intrigant, c’est que le comique s’inspire presque exclusivement de la Shoah. S’il trouve ce genre d’atrocités hilares, si l’image de nazis fracassant la tête de bébés l’amuse, pourquoi n’exploite-t-il pas les génocides arménien, rwandais, cambodgien, ou tibétain? Pourquoi ne ridiculise-t-il pas l’esclavage des Noirs? N’y trouve-t-il rien de désopilant?

Lâche !

Dieudonné est un multirécidiviste de propos violents, abjects et délictueux. C’est un humoriste sans humour. Un humain sans humanité. Mais Dieudonné n’est pas une victime. C’est un lâche. Trop dégonflé pour assumer ouvertement son antisémitisme et sa sympathie pour le terrorisme, il se cache comme un pleutre derrière le paravent de l’humour. Il revendique la liberté d’expression, mais il est incapable de l’utiliser pour exprimer franchement ses convictions!