/lifestyle/psycho
Navigation

5 bienfaits du vert

Man sitting under a pine tree
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Ces jours-ci, on n’a qu’à marcher dans la rue, au parc ou dans un jardin pour profiter de la belle couleur verte. Enfin, les arbres et le gazon verdissent, ce qui fait du bien, c’est indéniable. Mais quelle sorte de bien, au juste?

1. Le vert améliorerait la créativité.

Les chercheurs s’intéressent de plus en plus à l’effet des couleurs sur ­notre comportement. Dans ce contexte, en 2011, une équipe de l’Université Ludwig-Maximilians de Munich, dirigée par Stephanie Lichtenfeld, a voulu savoir si le fait de voir du vert augmentait la créativité. Les sujets de l’étude observaient un carré vert avant de faire une activité créative qui consistait à trouver le plus d’utilisations ­possible à une boîte de conserve. Résultat: le vert améliore en effet la créativité par rapport au blanc, au gris, au bleu ou au rouge. Les couleurs n’auraient donc pas ­uniquement des qualités esthétiques, mais également un effet sur notre comportement.

2. Les significations

du vert. Dans l’ancienne Égypte, en Grèce, à Rome, en Inde, le vert était la couleur des dieux de la fertilité, de la végétation, de la renaissance, nous ­rappellent les chercheurs. Avec la naissance des religions monothéistes, la couleur verte est restée symbole de vie, d’espoir, de résurrection. Mais est-ce qu’on ressent vraiment plus de fertilité ou ­d’espoir quand on voit du vert? Pensons à l’effet du vert sur nos ancêtres au moment où les champs reverdissaient et qu’ils imaginaient les légumes à venir et on aura une ébauche de réponse.

3. Des longueurs

d’onde. Jean-Gabriel Causse, qui a écrit Le pouvoir étonnant des couleurs, porte à notre attention que les couleurs sont des longueurs d’onde au même titre que les rayons X et les rayons UV. Or, on sait que ces rayons ont un effet réel sur nous. Donc, les couleurs ont certainement un effet sur notre humeur. On pensera à porter d’autres ­couleurs que du noir.

4. Le vert dans notre vie de tous les jours.

Les couleurs ont des symboliques sociales, mais aussi des symboliques familiales. Du côté de mon grand-père maternel, par exemple, on détestait le vert à tel point qu’il était banni. Je n’ai jamais su pourquoi. Pourtant, écrit Jean-Gabriel Causse, le vert est la couleur de l’équilibre. Le vert des tapis de ­billard apaiserait au maximum pour un meilleur jeu. Ni chaude ni froide, ce serait la couleur à ­peindre pour induire le calme dans les endroits bruyants. Lors des négociations, poursuit-il, «je suggère toujours un détail vestimentaire vert: cela inspire confiance et ­entraîne l’adhésion de l’interlocuteur». On s’en souviendra.

5. Et les bienfaits

des arbres. Aux États-Unis, David Nowak est un des créateurs d’un logiciel (i-tree) qui évalue les bénéfices des forêts ­urbaines sur les villes. Il nous rappelle ceci: «Les arbres absorbent le dioxyde de carbone, filtrent la ­pollution de l’air et produisent de l’oxygène. Ils absorbent l’eau de pluie, le rayonnement UV et le bruit. Ils ralentissent la circulation automobile et font augmenter la valeur des immeubles. Ils réduisent le stress et la fatigue mentale. Ils fournissent de l’ombre, ce qui signifie moins de climatisation pour rafraîchir l’air pendant l’été.»


Bref, si après tout cela, on ne se sent pas encore en grande forme psychologique, il ne nous restera qu’à aller voir le bleu de la mer!