/news/society
Navigation

Plaisir garanti au Maples Inn

Vers 1930

Coup d'oeil sur cet article

Aujourd'hui
Photo Pierre-Paul Poulin
Aujourd'hui

 

À l’Hôtel Maples (1897-1985)

1930
Photo courtoisie de Pointe-à-Callière, fonds Christian Paquin, The Maples Hotel, Lakeside, P.Q. 2013_30_01_460;
1930

Cette carte postale des années 1930 montre un établissement longtemps incontournable à Pointe-Claire: le Maples Inn ou, pour les habitués, le «Mapes». C’est au tournant du XXe siècle qu’ouvre l’hôtel de villégiature initialement destiné à une clientèle estivale venue se reposer sur les rives du lac Saint-Louis. Réservé aux distinguished gentlemen jusqu’en 1902, l’hôtel ouvre ensuite ses portes aux familles qui arrivent dans de bruyantes voitures automobiles. Sur la route panoramique du Bord-du-Lac, un arrêt au Maples s’impose, le temps d’un sandwich ou d’un repas complet pour un prix allant de 65 cents à 1,25 $. Une crevaison? Vous pouvez y passer la nuit. Moyennant un ou deux dollars, une salle de bain complète est mise à votre disposition. Le Maples Inn attire une large clientèle lors de ses soirées dansantes animées par des musiciens aux costumes flamboyants, comme l’orchestre de Jimmy Laing. De Gitz Rice à Corey Hart, bien des artistes ont connu les planches du Maples Inn dans leur jeune temps.

Sous le parasol

Photo courtoisie de Pointe-à-Caillère, fonds Christian Paquin, Having a Sun-Tan on The Maples Beach, Lakeside, Qc. 2013_30_01_458

En 1937, une fillette du Michigan nommée Dorothy décrit sur le revers de cette carte postale le bon moment qu’elle a passé avec ses parents sur la plage du Maples Inn. Situé au nord du chemin du Bord-du-Lac, à l’est de l’avenue Hillside, l’Hôtel Maples offre une vue incomparable sur le lac Saint-Louis. Un quai de 25 mètres est aménagé en 1932. Recouverte de sable importé de Châteauguay, la plage du Maples Inn devient rapidement très fréquentée. Les bains de soleil ont la cote depuis que Coco Chanel en a lancé la mode dans les années 1920. Les chaleurs d’août amènent les vacanciers à descendre les quelques marches du quai pour se rafraîchir dans les eaux du lac.

Les automobilistes s’arrêtent sur le haut du quai pour suivre les populaires courses d’hydroglisseurs lors des régates de Pointe-Claire. Malheureusement, les glaces accompagnant les crues printanières entraînent la détérioration du quai, qui sera démoli à la fin des années 1930.

Au minigolf du Maples Inn

Photo courtoisie de Pointe-à-Callière, fonds Christian Paquin, Kiosk and Tennis Court The Maples Hotel, Lakeside, P.Q. 2013_30_01_461

Par une journée ensoleillée, le snack-bar du Maples Inn est pris d’assaut par les vacanciers voulant se procurer raquettes et bâtons de golf. En plus d’un terrain de tennis, l’hôtel exploite le premier minigolf au Canada. Si le golf est déjà bien implanté à Montréal depuis 1873 et si même les femmes y jouent de plus en plus, le sport n’est guère une activité familiale. C’est ainsi qu’entre en scène l’Américain Thomas McCulloch Fairbairn, un véritable fanatique de golf, inventeur du premier gazon synthétique pour les verts en 1922. Garnet Carter se procure le gazon de Fairbairn et ouvre en 1927 le premier minigolf, le Tom Thumb Golf, au Tennessee. Il commercialise ensuite le concept partout en Amérique. Accueillant une clientèle familiale, le Maples Inn se dote d’un de ces terrains au début des années 1930. Une belle époque maintenant révolue, l’antique maison de campagne accueillant le Maples Inn ayant été la proie des flammes le 7 février 1985.