/entertainment/comedy
Navigation

Humoristes solidaires contre la censure

ARTS-TAPIS OLIVIER 2016
Photo Agence QMI, Sébastien St-Jean De nombreux humoristes portaient un masque orné d’un X rouge, marque de solidarité envers Mike Ward et Guy Nantel, dont le numéro a été censuré.

Coup d'oeil sur cet article

La controverse aura été payante pour Mike Ward. Absent du gala Les Olivier pour protester contre le cas de censure dont il dit avoir été victime avec Guy Nantel, Ward a finalement reçu l’Olivier de l’année, hier soir. La consécration pour celui qui se bat pour la liberté d’expression.

C’était le trophée le plus convoité de la soirée. Et c’est l’humoriste qui a fait le plus jaser ces derniers jours qui l’a remporté. Appuyé par le public, qui pouvait voter sur le web, Mike Ward a mis la main sur le trophée le plus important de sa carrière. Et il n’était pas là pour en profiter.

En son absence, c’est l’animateur du gala, François Morency, qui a accepté la statuette, sous une vibrante ovation. Plus tôt dans la soirée, Ward avait aussi gagné un Olivier, pour son émission web, Mike Ward sous écoute. Dès l’annonce de son nom, des dizaines d’humoristes sont montés sur scène, affublés d’un bâillon en signe de protestation contre la censure.

Plus tôt dans la soirée, à 18 h 55 à l’entrée de Radio-Canada, plusieurs dizaines d’humoristes ont fait leur entrée simultanément sur le tapis rouge, arborant un masque blanc sur lequel avait été apposé un gros «X» rouge.

Pendant une dizaine de minutes, les François Bellefeuille, Stéphane Rousseau, Laurent Paquin, Jean-Thomas Jobin, Maxim Martin, Mariana Mazza, André Sauvé et autres ont défilé devant les médias et gens du public dans le silence le plus complet.

La séquence, puissante, parlait d’elle-même. On croyait presque assister à un cortège funéraire. «C’est vraiment beau à voir. J’en suis ému», nous a glissé Stéphane Fallu en marchant.

«Ce n’est pas la première fois qu’on parle de la liberté d’expression en humour, nous a mentionné Réal Béland. Ce que j’ai aimé de Mike et Guy, c’est qu’ils se sont tenus debout.»

Quelques absents

Depuis que Le Journal a révélé,vendredi, que le numéro que Mike Ward et Guy Nantel devaient présenter au gala a été retiré parce qu’on le jugeait trop salé, le mystère persistait quant au moyen de protestation que les humoristes allaient utiliser pour être solidaires. Leur geste simple, orchestré notamment par Maxim Martin et François Bellefeuille, laissera certainement sa marque.

D’autres ont simplement préféré ne pas assister au gala. En plus de Ward et Nantel, Guillaume Wagner et Martin Petit ont expliqué sur les réseaux sociaux qu’ils passeraient leur tour, cette année.

Plus tôt dans la journée, l’Association des professionnels de l’industrie de l’humour (APIH) a publié un communiqué où elle admettait ses torts par rapport au numéro coupé aux Olivier, en plus de présenter ses excuses à Mike Ward et Guy Nantel.

Les gagnants

Et les gagnants, dans tout ça? Un peu tout le monde a eu sa part du gâteau, hier. Jean-Thomas Jobin a vu son spectacle, Apprendre à s’aimer, recevoir deux trophées (auteur et metteur en scène). Nommé quatre fois — le plus haut total cette année — Stéphane Rousseau est reparti avec le prix du spectacle d’humour de l’année. Et sans grande surprise, Phil Roy, qui est très visible au petit écran, a été sacré découverte de l’année.