/travel/destinations
Navigation

Quatre plaisirs printaniers à toronto

Coup d'oeil sur cet article

Avec la faiblesse du dollar canadien, qui nous incite à ne pas traverser la frontière, et le retour des beaux jours, qui nous donne envie de changer d’air, le moment est idéal pour visiter Toronto. Voici quelques suggestions printanières à mettre à votre itinéraire.

LE BORD DU LAC À VÉLO

Même si elle a son lot d’autoroutes surdimensionnées, Toronto compte aussi plus de 550 km de voies cyclables. Certaines portions du réseau se mêlent dangereusement aux voitures, mais les pistes qui longent le bord du lac Ontario sont à recommander. À partir du Harbourfront, on peut par exemple rouler vers l’est jusqu’à la petite plage de Cherry Beach ou encore jusqu’à la vaste et fameuse plage du quartier The Beaches (ou The Beach).

Photo Agence QMI, Sarah Bergeron-Ouellet

Le réseau permet aussi de s’éloigner du lac Ontario et d’explorer le parc Don Valley, moins connu. Un ­arrêt s’impose alors au site Evergreen Bricks Work, une ancienne usine de briques transformée en un centre où l’on retrouve expositions, marchés fermiers­­ ou d’artisans, café avec terrasse, sentiers et parc pour enfants. Longtemps laissé à l’abandon, ­l’intérieur du bâtiment, où l’on voit encore les fours à briques, est orné de graffitis, ce qui le rend ­particulièrement photogénique.

LE MARCHÉ KENSINGTON

Photo courtoisie

Bordant le quartier chinois et situé à une ­distance de marche de la rue Queen West – qui est à explorer pour ses magasins et restaurants –, le marché Kensington est un endroit à l’ambiance décontractée où il fait bon flâner, surtout la fin de semaine.

Photo courtoisie

Boutiques de vêtements ou d’objets vintage se mêlent aux petits cafés (essayez le Pamenar), aux comptoirs de fruits et légumes et aux ­restaurants (essayez les sandwichs à la turque du Otto’s Berlin Döner ou les pizzas de la Pizzeria Via Mercanti). Le tout agrémenté de murales, de maisons victoriennes colorées, de quelques musiciens de rue et d’une foule diversifiée.

Photo courtoisie

LES ÎLES DE TORONTO

 

Photo Agence QMI, Sarah Bergeron-Ouellet

Des petites maisons aux jardins fleuris de Ward’s Island jusqu’à la longue plage de Hanlan’s Point, en passant par l’aire de pique-nique souvent bondée Central ­Island, les îles de Toronto sont ­incontournables.

D’une longueur d’environ 5 km, reliées par des ponts et des sentiers, les îles de Toronto sont situées juste en face du centre-ville, à moins d’une dizaine de ­minutes de traversier (7,25 $ par adulte ­aller-retour, toronto.ca/ferry). L’ensemble forme un vaste parc offrant des vues uniques sur le centre-ville d’un côté et sur les eaux sans fin du lac Ontario de l’autre.

Photo Agence QMI, Sarah Bergeron-Ouellet

Le meilleur moyen de découvrir les îles est de louer un vélo, puisque l’on peut s’éloigner rapidement des endroits plus fréquentés et se dénicher des petits coins de plage ou de gazon tranquilles. Un conseil: louer votre vélo à Toronto même plutôt que sur les îles pour éviter les files d’attente.

Un autre conseil: apportez un pique-nique ou consultez les heures d’ouverture des quelques restaurants des îles, ­notamment celui du Rectory Café (notre préféré) si vous voulez profiter de sa ­terrasse ombragée.

Ne manquez pas non plus les plages; les îles en comptent plus d’une. Notre chouchoute est celle de Gibraltar Point, qui a vue sur le lac, mais ceux qui ont oublié leur maillot de bain préféreront peut-être celle d’Hanlan’s Point: elle comprend un secteur où les vêtements sont optionnels !

LES CERISIERS DE HIGH PARK

 

Photo courtoisie

Toronto n’est pas Tokyo ni Washington, mais elle a ses cerisiers japonais. Ils rendent certaines portions de High Park particulièrement spectaculaires (et populaires) au moment de la floraison. Celle-ci sera toutefois moins flamboyante ce printemps en raison de la météo capricieuse des derniers mois. Fleurs roses ou pas, le parc reste un endroit agréable où prendre un petit bain de nature urbain, avec ses jardins historiques (Hillside Gardens) et ses sentiers bordant l’étang Grenadier.

Photo Fotolia

 

Infos pratiques

Se loger : suggestions du moment

 

Photo Agence QMI, Sarah Bergeron-Ouellet

Hôtel Le Germain Toronto Mercer

Situé en plein centre-ville, près des quartiers des spectacles, des ­finances et des rues King West et Queen West, l’hôtel boutique de la chaîne québécoise vient tout juste de terminer de grandes rénovations. Ses chambres ont été refaites dans les derniers mois. Résultat: ­ambiance feutrée, design étudié et moderne, luxe discret et grand confort. On aime aussi flâner dans le hall de réception vitré de l’hôtel, avec sa bibliothèque et son coin salon. www.legermainhotels.com/fr/torontomercer

Le Drake Hotel

Ouvert depuis 2004 sur la rue West Queen West, l’hôtel Drake est devenu une icône du Toronto branché. On s’y rend pour sa terrasse sur le toit, pour ses brunchs, pour ses œuvres d’art exposées un peu partout ou pour ses 19 chambres au design contemporain et original. Attention: la chambre appelée­­ The Nook, toute petite, est très bruyante durant les heures d’ouverture du bar. Informez-vous en réservant. www.thedrakehotel.ca

S’y rendre: conseils utiles

En avion : préférez l’aéroport Billy-Bishop, situé sur les îles de Toronto et relié au centre-ville par un ­traversier et un tunnel piétonnier. Vols offerts par Air Canada et Porter.

En train : Via Rail offre plusieurs ­départs quotidiens de Montréal. ­Réservez tôt et préférablement le mardi: c’est jour de rabais.

En autobus : au départ de Montréal, Megabus offre un service express (6 heures) à des tarifs souvent ­imbattables. Plus vous réservez tôt, plus les prix sont bas (à partir de 22 $ l’aller, cet été).

Ce voyage a été rendu possible grâce à Tourisme Toronto (fr.seetorontonow.ca).