/news/health
Navigation

Réseau de la santé: 70 millions $ en indemnités de départ pour des cadres

La réforme Barrette a forcé le départ de 1051 gestionnaires

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a fait valoir que l’abolition de postes chez les cadres du réseau de la santé permettra de réaliser des économies de 220 millions $ par année.
YVES CHARLEBOIS/AGENCE QMI Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a fait valoir que l’abolition de postes chez les cadres du réseau de la santé permettra de réaliser des économies de 220 millions $ par année.

Coup d'oeil sur cet article

Le ministère de la Santé a dû déplier près du double de ce qu'il avait prévu en indemnités de départ destinées aux employés-cadres du réseau de la santé qui se sont retrouvés en trop, sous l'effet de la réforme du ministre Gaétan Barrette.

Québec a dû verser 69,6 millions $ en indemnités de départ entre le 1er avril 2015 et le 16 mars 2016, suivant les chiffres obtenus par le Parti québécois, en vertu de la Loi d'accès à l'information. «On avait déjà dit que ça allait coûter plus cher que ce que le ministre avançait», rappelle la députée péquiste Diane Lamarre.

Gaétan Barrette avait déclaré, en septembre 2015, qu'il avait estimé à 38 millions $ la facture des indemnités de départ à être versée aux employés qui tomberaient sous le couperet de sa réforme entrée en vigueur le 1er avril 2015, avec l'adoption sous le bâillon du projet de loi 10.

Le ministère de la Santé a prévu soustraire 1300 postes de cadres sous l'effet de la réforme Barrette. L'an dernier seulement, 1051 postes de cadres ont été abolis.

La facture est probablement plus élevée, estime le PQ, parce que quatre des 22 Centres intégrés de santé et de services sociaux (CISSS) ont refusé de répondre, dont deux sont à Montréal, soit les Centre intégrés universitaires de santé et des services sociaux (CIUSSS) de l'Ouest et du Centre-Ouest. Les trois autres CIUSSS situés sur l'île de Montréal ont tous dû débourser 4,5 millions $ et plus en indemnités de départ.

Les deux autres CISSS qui ont refusé de répondre sont ceux de la Gaspésie-et-des-Îles-de-la-Madeleine et Montérégie-Ouest.

Les établissements où Québec a dû payer le plus sont le CIUSSS Estrie où les indemnités de départ ont coûté 8,5 millions $; il est suivi par le CIUSSS de Québec où les départs attribués à la réforme ont coûté 6,9 millions $ et le CIUSSS Centre-Sud, à Montréal où la facture s'élève à 5,98 millions $.

Pour sa part, l'Association des gestionnaires des établissements de santé et de services sociaux (AGESSS) estime que les indemnités de départ ont coûté 100 millions $, l'an dernier. L'économie en salaire qui en découlera sera largement annulée par d'autres dépenses, prévient le président, Yves Bolduc. «Il n'y a pas un système informatique qui se parle», dit-il. Arrimer tout ça pourrait coûter au-delà de 1 milliard $, ajoute-t-il.

La réforme Barrette a d'abord consisté à éliminer les agences régionales de la santé et à réduire de 182 à 33 le nombre d'établissements de santé qui s'incarnent maintenant sous forme de superstructures appelées CISSS et CIUSSS. M. Barrette prévoit réaliser des économies de 220 millions $.