/news/green
Navigation

Alberta: les installations pétrolières menacées par les feux

An aerial view of Highway 63 south of Fort McMurray, Alberta. Canada, shows smoke from the wildfires
REUTERS

Coup d'oeil sur cet article

Les feux de forêts gagnent du terrain au nord de Fort McMurray et ont détruit les 665 logements d'une des bases hébergeant, en temps ordinaire, des milliers de travailleurs du pétrole.

Face à la violence du feu et son avancée rapide, environ 8000 personnes avaient été évacuées dans la nuit de lundi à mardi des installations pétrolières et de leurs immenses bases, des villages de logements préfabriqués avec tous les services nécessaires aux travailleurs installés pour de long mois, parfois avec leur famille.

Mardi, la Première ministre de la province Rachel Notley a d'ailleurs averti que la progression des flammes menaçait d'autres camps installés sur 50 km au nord de Fort McMurray. Outre le camp de Blacksand Executive Lodge et ses 665 logements entièrement ravagé, ce sont près de 4000 autres habitations préfabriquées qui sont menacées, a indiqué Mme Notley à la télévision.

«Tous les camps de travailleurs au nord de Fort McMurray jusqu'au sud de Fort MacKay ont été placés sous un ordre d'évacuation», comme les sites pétroliers de Suncor et Syncrude, a indiqué Mme Notley en soulignant que les employés restés sur place pour assurer la sécurité et contenir les feux pouvaient être contraints de fuir «si et quand ce sera nécessaire».

Deux semaines après l'évacuation en quelques heures de Fort McMurray - quand le feu avait ravagé deux quartiers à l'ouest de cette ville pétrolière - , le feu est toujours actif dans la ville enveloppée dans d'épaisses fumées.

Deux explosions se sont produites dans les quartiers de Dickinsville et Thickwood, à l'ouest de la ville, et «ont endommagé environ dix maisons», a expliqué Mme Notley.

Au total, près de 100 000 personnes ont quitté Fort McMurray et les villages aux alentours, et la grande majorité des employés des compagnies pétrolières n'avaient pas réintégré les camps avant la tombée lundi du nouvel ordre d'évacuation.

Près de la Saskatchewan

Pour la région de Fort McMurray, a indiqué Mme Notley, le feu a ravagé maintenant 3555 km2, soit environ 700 km2 de plus en 24 heures.

An aerial view of Highway 63 south of Fort McMurray, Alberta. Canada, shows smoke from the wildfires
AFP

Pour la ligne de feu la plus à l'est, les flammes devraient atteindre la frontière de la Saskatchewan mardi soir, a prévu Chad Morrisson, chef du service des incendies de l'Alberta. La veille, ce feu était encore à 10km de cette frontière.

«Nous ne voyons aucun répit à ce stade», a-t-il dit en parlant de «conditions de feu extrêmes» avec des vents d'ouest de l'ordre de 35 à 40 km/h, et seule la pluie attendue dans les prochains jours pourrait aider à ralentir la progression du feu dans la forêt boréale.

Pour l'ensemble de l'Alberta, 19 feux étaient actifs mardi, quatre de plus depuis la veille, et cinq sont hors de contrôle, a rapporté Mme Notley. Près de 2000 pompiers combattent ces feux aidés de 29 avions bombardier d'eau, 161 hélicoptères et près de 400 engins de chantier qui déboisent de larges bandes autour des sites pétroliers et des camps.

Avec cette recrudescence des feux et particulièrement avec les épaisses fumées, les conditions sont difficiles et dangereuses pour les employés chargés des travaux de réparation des réseaux et des infrastructures de la ville.

Ces conditions ont non seulement retardé l'entrée de nouveaux travailleurs dans la ville évacuée maintenant depuis deux semaines, mais obligent les personnels sur place à porter un masque à gaz sur des temps de travail raccourcis.

Cela retarde d'autant la mise en place d'un calendrier de retour des évacués. Il sera révélé «d'ici une semaine», a promis Rachel Notley. Mais, avant toute chose, il reste une condition incontournable, a dit Mme Notley, soit que «le feu ne présente plus un danger immédiat» pour les populations.

Avec les menaces mardi près des sites pétroliers, la production de brut va une nouvelle fois être ralentie avec des conséquences significatives sur l'activité économique. Selon les prévisions du Conference Board, la production de pétrole a été réduite de 1,2 million de barils par jour en moyenne, privant le PIB de la province d'un milliard de dollars.