/news/currentevents
Navigation

Honoré pour avoir sauvé un homme en crise dans le métro

Le héros de 79 ans a reçu une distinction de la STM pour son geste

yves ouilhon
Photo Frédérique Giguère Yves Ouilhon avait l’impression d’être en mission lorsqu’il a maîtrisé un homme violent dans le métro Lionel-Groulx.

Coup d'oeil sur cet article

Un militaire retraité de 79 ans a reçu une distinction de la Société de transport de Montréal (STM), une première pour un citoyen, pour être venu en aide à un homme en crise qui menaçait de se jeter devant le métro.

«Je suis fier de moi, confie Yves Ouilhon, les yeux brillants. J’ai été entraîné pour défendre les autres et c’est ce que j’ai fait.»

C’est au volant de sa Lincoln continental 1982 édition Signature que l’homme est venu à la rencontre du Journal dans un restaurant de Verdun. Encore ému, le septuagénaire a fait le récit de cette soirée du 5 mars dernier, où il avait l’impression d’être en «mission».

Son geste lui a valu la première lettre de reconnaissance jamais remise à un citoyen, a indiqué Amélie Régis, porte-parole de la STM.

Ces distinctions étaient jusqu’à maintenant réservées aux employés.

Il y a un peu plus de deux mois, alors que M. Ouilhon se trouvait à la station de métro Lionel-Groulx, un usager se serait mis à hurler et à être violent avec les passagers.

Pendant que l’ancien militaire de l’armée française composait le 911 avec le téléphone d’urgence de la STM, l’homme en crise a commencé à se cogner brutalement la tête contre des panneaux publicitaires, a raconté le septuagénaire.

Suicidaire

«Quand j’ai raccroché, je me suis retourné et il était en train de se laisser glisser sur le dos jusque sur les rails du métro, a-t-il dit. J’entendais le wagon arriver et il avait déjà les jambes dans le vide.»

Instinctivement, M. Ouilhon se serait empressé de hisser l’homme hors du trou. Il l’aurait ensuite maintenu sur un banc d’acier en attendant l’arrivée des premiers répondants, selon son témoignage.

Quand le militaire retraité a aperçu un pompier arriver sur le quai, il a libéré l’homme en crise. Or, ce dernier se serait rué sur le sapeur, avant de lui asséner plusieurs coups. M. Ouilhon s’est à nouveau approché de l’usager pour le calmer, mais celui-ci l’aurait violemment frappé. «Il m’a cassé deux dents», a ajouté le militaire d’origine française.

Le pompier a aussi été blessé, a confirmé Élise Breault, porte-parole du Service incendie de Montréal.

Quelques minutes plus tard, d’autres sapeurs et des policiers se sont présentés dans le métro et l’homme suicidaire a été maîtrisé.

Une soirée marquante

Bien que les événements aient duré à peine 30 minutes, l’homme de 79 ans n’est pas près d’oublier cette soirée. «Ç’a été très difficile pour moi», dit-il.

Peu de temps après avoir pris sa retraite de l’armée française en 1964, Yves Ouilhon est arrivé au Québec. Il a alors troqué son arme pour un tablier en devenant chef cuisinier. Il vit aujourd’hui avec son chien dans un duplex de l’ouest de l’île de Montréal.

Pour demeurer en forme, il pratique notamment la pétanque et joue régulièrement au tennis de table.

 

Si vous avez besoin d’aide

 
Ligne québécoise en prévention du suicide
1-866-APPELLE (277-3553)
 
Jeunesse, J’écoute
1-800-668-6868
 
Tel-Jeunes
1-800-263-2266