/news/currentevents
Navigation

Les rangers sidérés qu’il ait mis un bébé bison dans son coffre

Le résident de Brossard dit regretter son geste, mais n’écourtera pas ses vacances

Shamash Kassam a lui-même publié sur son compte Facebook une photo du bébé bison dans le coffre de sa voiture.
Photo Facebook Shamash Kassam a lui-même publié sur son compte Facebook une photo du bébé bison dans le coffre de sa voiture.

Coup d'oeil sur cet article

Les rangers du parc Yellowstone, au Wyoming, ont été estomaqués de voir arriver un Québécois avec un bison dans le coffre de son VUS. Ce genre de situation est déjà très rare et de devoir tuer l’animal l’est encore plus.

Frédérique Giguère et Annabelle Blais

«Ce n’est pas un zoo», a lancé, stupéfaite, la porte-parole des rangers, Charissa Reid, au bout du fil. Un règlement du parc national interdit de s’approcher des animaux à moins de vingt mètres.

Le Québécois a saisi après coup la gravité de son geste et exprimé des regrets lorsqu’il a écopé d’une contravention.

«Il a compris que ce qu’il avait fait était mal», indique la déposition du ranger qui lui a remis un avis de violation. Shamash Kassam aurait également mentionné aux autorités qu’il ne dérangerait plus jamais d’animaux sauvages et que si une situation semblable se produisait à nouveau, il attendrait l’arrivée des forces de l’ordre.

Shamash Kassam | Québécois
Photo Facebook
Shamash Kassam | Québécois

Mais il était déjà trop tard pour l’animal. Le 9 mai, le résident de Brossard a aperçu un bébé bison au milieu de la route. Il a alors immobilisé le VUS tout près de la bête pour s’assurer qu’elle n’était pas blessée.

M. Kassam a remarqué que l’animal était mouillé et qu’il tremblait de froid. Le bison s’est avancé vers le moteur et y est demeuré pendant une vingtaine de minutes pour se réchauffer, a dit le Québécois aux autorités.

Dans le coffre

Craignant que l’animal se fasse frapper par un véhicule, l’homme a soulevé la bête dans ses bras et l’a placée dans le coffre de sa voiture. Il a ensuite conduit le bison jusqu’au Buffalo Ranch, où il avait l’intention de contacter les autorités.

Un officier l’a toutefois informé qu’il avait enfreint la loi.

La loi américaine sur la protection de la faune interdit de toucher, de nourrir, de taquiner, d’effrayer ou d’intentionnellement déranger les animaux sauvages.

Bien que les responsables de la faune se soient empressés de remettre le bison dans son habitat naturel, il a dû être euthanasié deux jours plus tard, puisqu’il a été rejeté par son troupeau. «L’animal retournait constamment sur la route, ça devenait dangereux», a expliqué Mme Reid.

L’administration des parcs nationaux a expliqué, dans un communiqué, que le contact avec les humains entraîne souvent le rejet des petits.

Mme Reid a affirmé qu’un incident semblable était survenu il y a une dizaine d’années. «Mais à l’époque, l’animal avait été réintégré dans son troupeau.»

Enquête

En plus de recevoir une amende de 135 $, M. Kassam s’est vu remettre une citation à comparaître prévue le 2 juin à la cour fédérale du Wyoming. Une enquête a été ouverte, a indiqué l’adjointe judiciaire Karen Angermeier.

Le Québécois a décidé de ne pas interrompre son voyage familial aux États-Unis pour autant. Selon nos informations, il ne reviendra pas chez lui avant au moins deux semaines.