/sports/others
Navigation

La fierté d’Orlando

Coup d'oeil sur cet article

À notre première saison dans la National Women’s Soccer League, notre équipe d’Orlando démontre déjà qu’elle a choisi le bon nom: Pride. Nous sommes la fierté d’Orlando.

Nous avons établi un record d’assistance dans la NWSL dès notre match d’ouverture avec 23 403 spectateurs. Cette énergie du début nous incite à vouloir conserver une fiche sans défaite à domicile. Après trois victoires en trois matches, pourquoi ne pas continuer?

Une ligue parfaite

Les trois premières semaines de la saison me confirment que cette ligue était la plus appropriée pour ma préparation en vue des Jeux olympiques. D’abord, pour sa proximité avec le Canada. Je souhaitais éviter les longs voyages d’avion – et les décalages horaires qui en découlent – quand je devrai participer aux différents événements avec l’équipe canadienne.

Ensuite, cette ligue américaine est intéressante pour son intensité, son style de jeu basé sur les transitions rapides et la vitesse des joueuses. Ça oblige à prendre des décisions rapides en possession du ballon et à exploiter les habiletés dans les situations en défensive à une contre une, des facteurs déterminants au soccer international.

La ligue a quatre ans et l’ajout d’Orlando lui donne maintenant une belle diversité géographique: Portland, Seattle, Houston, Chicago, Washington, New York, Kansas City, Boston et New Jersey. Nous occupons la troisième position ex æquo avec Portland, alors ce n’est pas mal de constater que, pour une équipe d’expansion, nous sommes déjà capables de rivaliser avec des clubs établis.

Mon premier choix

Ce n’est pas ma première expérience dans une ligue professionnelle, mais disons que mon entrée dans la NWSL s’est faite de façon moins précipitée que la précédente. Un mois et demi après la Coupe du monde féminine de l’an dernier au Canada, je recevais un appel du FC Rosengard de Malmö, dans la Damallsvenkan de Suède, me demandant si je souhaitais me joindre à l’équipe pour les trois derniers mois de la saison. Une semaine plus tard, je m’envolais vers ma première expérience pro.

Mais en cette année olympique, le Pride d’Orlando était mon premier choix dans la NWSL. J’aimais l’idée d’appartenir à une nouvelle équipe qui avait tout à prouver et qui m’offrait l’opportunité de participer au projet excitant d’accroître l’intérêt pour le soccer féminin dans une région. Aussi, jouer dans le climat chaud et humide de la Floride m’aidera à mieux m’acclimater au Brésil, où les températures seront similaires lors des Jeux olympiques au mois d’août.

Un traitement professionnel

Notre équipe est devenue une membre à part entière de l’organisation du Orlando City, entrée en 2015 dans la Major Soccer League (MLS), et qui accueillera d’ailleurs l’Impact de Montréal demain soir.

Nous recevons les mêmes services que les hommes et nous partageons également les mêmes installations. Le soutien que nous recevons de la part de l’organisation est exceptionnel et indéniablement à la hauteur des attentes pour une équipe professionnelle.

Ça donne le goût de regarder nos matchs sur YouTube!

— Propos recueillis par Alain Bergeron