/lifestyle/sexromance
Navigation

Les garçons consomment de la pornographie pour la première fois à 11 ans, selon une étude

Working cyberdépendance
Photo Martin Chevalier

Coup d'oeil sur cet article

Une étude réalisée par un chercheur de l'université de Montréal tend à démontrer que les garçons découvrent l'univers de la pornographie dès l'âge de 11 ans.

Pour arriver à ces conclusions, Simon Louis Lajeunesse, professeur associé à l’École de travail social de l’Université de Montréal, a interrogé 20 hommes hétérosexuels âgés entre 18 et 24 ans, selon un résumé de l'étude publié plus tôt cette semaine sur le site Internet de l'établissement. Vous pouvez consulter les conclusions générales de l'étude «Masculinité et pornographie : réflexion sur un objet social particulier» en cliquant ici.

Selon le chercheur, 90% de ses sujets d'étude ont regardé de la pornographie pour la première fois sur la Toile, parfois par le fruit du hasard. «Ils effectuaient par exemple une recherche dans Google sur la reproduction des chattes. Mais, quand on écrit “chatte” sur Internet, on tombe facilement sur autre chose!», explique M. Lajeunesse.

Les autres effectuaient des recherches dans le but de trouver précis de la pornographie, mais pas nécessairement pour s'exciter sexuellement. «Un ami ou un cousin leur a dit d’aller voir sur tel site et de chercher telle chose. Le rôle des compagnons dans le scriptage érotique et pornographique est extrêmement important.»

 «À l’époque, ils étaient curieux de voir de quoi avait l’air une vulve ou comment on fait une fellation, ajoute le chercheur. Ce sont leurs amis qui leur ont mentionné que la pornographie était censée être excitante.»

Dans le cadre de son étude, M. Lajeunesse a aussi découvert que la consommation de pornographie n'incite pas automatiquement les internautes mâles à développer des pratiques sexuelles différentes de leurs comportements habituels au lit. Ils vont plutôt chercher sur les sites de pornographie les pratiques sexuelles qui les excitent.

«Leur imaginaire érotique est déjà formé dans leur tête et ils vont chercher dans ces images ce qui leur fait de l’effet», explique le chercheur.

La consommation précoce de pornographie n'engendre pas non plus une hypersexualition des jeunes internautes, selon les observations de M. Lajeunesse.

«L’âge moyen de la première relation n’a pas changé au cours des 40 dernières années», précise-t-il.

L'âge moyen de la première relation sexuelle chez l'homme est toujours de 16 ans.