/sports/baseball
Navigation

Gretzky fait gagner les Caps

Le fils du célébre numéro 99 a brillé vendredi soir procurant la victoire à son équipe en prolongation

Trevor Gretzky a bien fait lors de son match inaugural à Québec
Photo ANNIE T. ROUSSEL Trevor Gretzky a bien fait lors de son match inaugural à Québec

Coup d'oeil sur cet article

Les Capitales de Québec et les Aigles de Trois-Rivières se sont livrés un duel en deux temps vendredi soir lors de l’ouverture locale au Stade municipal, match finalement remporté par les Capitales, 8-7 en prolongation, notamment grâce au brio de Trevor Gretzky.

Si la deuxième portion de la rencontre s’est déroulée à un train d’enfer grâce à de belles performances des releveurs des deux équipes, les cinq premières manches ont été ponctuées d’erreurs, de nombreux coups sûrs et de sorties difficiles des deux partants.

Le match s’est finalement joué en 11e manche. Les visiteurs ont d’abord marqué deux fois pour prendre les devants 7-5, mais les Capitales ont montré les dents à leur tour en inscrivant trois points.

L’attraction de la soirée en raison de la présence de son célèbre père dans les estrades, Trevor Gretzky a soulevé la foule québécoise en quelques occasions. Il a notamment frappé un double de deux points en troisième manche avant de procurer la victoire aux siens en fin de 11e sur un solide simple, qui faisait marquer Jordan Lennerton du deuxième coussin.

Il n’en fallait pas plus pour que ses coéquipiers se ruent en sa direction pour festoyer en sa compagnie, peu avant 23h.

Outre Gretzky, Kalian Sams (trois en quatre, un point produit et deux points marqués) a été le meilleur des locaux en attaque.

«Il faut rendre à Trevor ce qui lui revient : il a très bien performé sous la pression, surtout après deux retraits. Il mérite qu’on reconnaisse son travail. C’est un frappeur intelligent», a noté le pilote Patrick Scalabrini, qui ne voulait pas se retrouver sans victoire après avoir fait lancer ses deux meilleurs artilleurs en ouverture de saison.

Gélinas généreux

Karl Gélinas était le partant des locaux. Le vétéran aurait certainement voulu faire mieux à son premier départ de la saison, lui qui a plié bagage après cinq manches de travail.

Son travail a été limité à 70 lancers, allouant cinq points (quatre mérités) sur neuf coups sûrs.

Le gérant des Aigles Pierre-Luc Laforest a d’ailleurs profité des largesses de Gélinas pour être très agressif, demandant aux siens de bouger régulièrement en direction du but suivant, dès qu’ils embarquaient sur les sentiers.

S’il a été généreux en termes de frappes, le grand droitier a tout de même été en mesure de retirer cinq cogneurs sur des prises.

«L’important, c’était de gagner. Les gars ont vraiment fait un bon boulot, a analysé le partant, qui reconnaissait ne pas avoir connu sa meilleure sortie. Il ne faut pas s’inquiéter, c’était la première fois que j’affrontais des lanceurs cette année.»

Gélinas a quitté lorsque le match était égal 5-5.

David Leblanc a hérité de la défaite pour les Aigles, alors que Jasvir Rakkar a remporté la victoire.

Peu de ressources

Toujours privé des services des joueurs cubains qui doivent arriver samedi au Québec, le gérant des Capitales Patrick Scalabrini a pu compter sur les jeunes Cédric Vallières et Jérôme Duchesneau pour boucher les trous de son alignement.