/news/politics
Navigation

Martine Ouellet priorise le référendum

Elle promet l’indépendance dès son premier mandat

Martine Ouellet est la première candidate à la chefferie du PQ à promettre un référendum dès son premier mandat en 2018.
photo ben pelosse Martine Ouellet est la première candidate à la chefferie du PQ à promettre un référendum dès son premier mandat en 2018.

Coup d'oeil sur cet article

Martine Ouellet est devenue vendredi la première candidate à la chefferie du Parti québécois à promettre un référendum sur la souveraineté dans un premier mandat si elle devient première ministre.

Entourée de plusieurs ardents partisans du mouvement souverainiste, dont trois élus du Bloc québécois, la députée de Vachon a indiqué que «le temps de l'attente est terminé» pour l'indépendance du Québec. Selon elle, le PQ doit «assumer» son identité comme parti nationaliste.

«Nous sommes prêts à devenir indépendants [...], donc je propose de faire les choses différemment et de réaliser l’indépendance dans le premier mandat [...] Je propose de sortir de l’ambiguïté qui a malheureusement été développée et cultivée au sein du PQ», a lancé Mme Ouellet lors du lancement de sa campagne vendredi à Montréal.

« je propose de faire les choses différemment et de réaliser l’indépendance dans le premier mandat » – Martine Ouellet

Martine Ouellet est la première candidate à la chefferie du PQ à promettre un référendum dès son premier mandat en 2018.
Photo Le Journal de Montréal, Ben Pelosse

Elle prend ainsi ses distances avec son collègue et rival à la chefferie, Jean-François Lisée, qui avait promis qu’il n’y aurait pas de référendum sur la souveraineté dans son premier mandat.

Les deux autres candidats à l’investiture, Alexandre Cloutier et Véronique Hivon, ne se sont toujours pas prononcés sur leur plan de référendum.

Afin de mettre les engrenages de l’indépendance en action, Mme Ouellet a promis de dévoiler d’ici l’été un projet constitutionnel «transitoire» pour concrétiser son plan.

Nouvelle campagne

Tout comme lors de sa campagne à la chefferie en 2015, aucun député du PQ n’était présent pour appuyer Mme Ouellet vendredi. L’an dernier, elle a terminé troisième avec 13 % des appuis derrière Pierre Karl Péladeau et Alexandre Cloutier.

Cette fois, elle a assuré que les résultats seraient différents.

«Aujourd’hui, la course est complètement différente et les scénarios ne vont pas se reproduire de la même façon [...] Dans la dernière course, 70 % des membres ont voté pour l’indépendance dans le premier mandat avec M. Péladeau et moi, donc il ne faut pas penser que le même scénario va se reproduire», a déclaré la députée de Vachon.