/sports/opinion/columnists
Navigation

Galchenyuk à la Coupe du monde?

Les décideurs d’Équipe ­Amérique ne peuvent ­ignorer Alex Galchenyuk
Photo Le Journal de Montréal, Ben Pelosse Les décideurs d’Équipe ­Amérique ne peuvent ­ignorer Alex Galchenyuk

Coup d'oeil sur cet article

Début avril, il n’y avait aucun doute dans l’évaluation des ­décideurs d’Équipe Amérique, cette formation regroupant les meilleurs joueurs de 23 ans et moins qui participera à la Coupe du monde, en septembre.

Alex Galchenyuk était l’un des ­meilleurs buteurs de la Ligue ­nationale depuis quelques ­semaines, c’était l’éclosion tant attendue. Par conséquent, il avait sa place au sein de la formation.

Est-il toujours dans la mire des ­décideurs de la formation?

Les huit formations qui participeront au tournoi de la Coupe du monde dévoileront aujourd’hui la liste des joueurs complétant les effectifs. Évidemment, on prévoit quelques surprises.

Pourquoi?

Quelques patineurs ont profité des séries éliminatoires pour passer une dernière audition et ils ont fait écarquiller les yeux des recruteurs.

De prime abord, consultons la liste des 16 joueurs sélectionnés par les ­dirigeants d’Équipe Amérique, il y a quelques mois. Les gardiens: John ­Gibson, Matthew Murray et Connor ­Hellebuyck. Les défenseurs: Morgan Reilly, Aaron Ekblad, Ryan Murray et Seth Jones. Les attaquants: Sean ­Couturier, Jack Eichel, Johnny ­Gaudreau, Dylan Larkin, Nathan MacKinnon, Connor McDavid, J.T. ­Miller, Sean Monahan et Brandon Saad.

L’effet des séries

Les joueurs qui ont attiré l’attention depuis la mi-avril: Jonathan Drouin, Robby Fabbri, Auston Matthews, Mark Scheifele, Shayne Gostisbehere et ­Colton Parayko.

À la ligne bleue, Parayko et ­Gostisbehere se joindront au quatuor déjà choisi. Et comme il faut choisir un septième défenseur, Dougie Hamilton, même s’il n’a pas répondu aux attentes des Flames de Calgary, pourrait combler ce poste, à moins qu’on lui préfère Jacob Trouba.

Galchenyuk avait semble-t-il gagné son poste au sein de la formation lors de sa poussée de fin de saison. Peut-on croire que les séries éliminatoires ont modifié la donne? Assurément. Sauf que dans les faits, Galchenyuk est un meilleur joueur que Fabbri, des Blues de St. Louis. Il est vrai que Fabbri a été l’un des meilleurs pointeurs lors des séries éliminatoires, mais il n’y a aucune ­hésitation, Galchenyuk est plus expérimenté, il a un bon gabarit, il est polyvalent, pouvant jouer à toutes les positions en attaque.

Je ne vois pas comment les décideurs d’Équipe Amérique peuvent ignorer Galchenyuk. D’ailleurs, si la sélection des 16 premiers joueurs avait été ­effectuée à la mi-avril, à la fin du ­calendrier régulier, Galchenyuk aurait été parmi les effectifs.

Drouin épate

Je vous mentionnais que les séries ­éliminatoires ont permis à quelques joueurs d’exprimer leur talent et aussi leur caractère.

C’est le cas de Jonathan Drouin. Quel retour en force!

Il a rapidement gagné la confiance de son entraîneur Jon Cooper. Il est devenu un rouage important de l’attaque du Lightning au point qu’il occupe le poste de Steven Stamkos pendant les supériorités numériques, évoluant au point d’appui en compagnie de Victor ­Hedman. Il serait étonnant qu’il ne soit pas du groupe.

Auston Matthews a été le meilleur joueur américain lors du Championnat du monde en Russie. Mais comment peut-il déloger Jack Eichel, Connor McDavid, Sean Monahan et Sean ­Couturier au poste de centre?

Pour l’instant, on devrait – s’il est sélectionné et le contraire serait étonnant – lui confier un rôle de réserviste, le poste de 13e attaquant.

Mais le calendrier des matchs préparatoires pourrait inciter les entraîneurs à modifier leur stratégie.

Scheifele est un ailier avec un bon ­gabarit qui a gagné des points lors du Championnat du monde.

Subban : pas cette fois

Brent Burns a été solide comme le roc durant les séries. Kristopher Letang a été l’un des grands artisans des succès des Penguins de Pittsburgh depuis la période des Fêtes. Et Alex ­Pietrangelo sera toujours ce défenseur fiable. Il n’y a donc pas de place pour P.K. Subban avec l’équipe ­canadienne. 
 
Qui plus est, on se demande si Mike Babcock ne laissera pas de côté un défenseur comme Pietrangelo pour faire place à un défenseur gaucher, c’est-à-dire Mark Giordano ou TJ ­Brodie?
À l’attaque, Logan Couture a confirmé qu’il a sa place au sein d’Équipe Canada.
 
Matt Duchene?
 
Les dirigeants de Hockey Canadien ont bien apprécié son implication au Championnat du monde et il était dirigé par l’un des entraîneurs de la formation de la Coupe du monde, Bill ­Peters.
 
Marchand a sa place
 
Taylor Hall est un choix ­logique.
 
Reste Brad Marchand. Doit-on lui fournir l’opportunité de participer à ­l’événement? Pourquoi pas?
 
Que peut-il faire de mieux que 37 buts en saison ­régulière?
 
Que peut-il faire de mieux que l’impact qu’il a exercé au sein de son équipe pendant le Championnat du monde en Russie?
 
En plus, il est l’un des joueurs les plus efficaces en infériorité numérique. Ne formerait-il pas un solide duo avec son compagnon des Bruins, Patrice Bergeron?
 
Les dirigeants de l’équipe canadienne auraient-ils dû attendre avant de choisir Jeff Carter et Ryan Getzlaf?
 
Les deux patineurs ont été des joueurs importants dans la conquête de la médaille d’or à Sotchi, sauf que lors de la dernière saison, ils ont failli à la tâche, particulièrement pendant les séries ­éliminatoires.