/news/society
Navigation

Twitter permis dans les tribunaux dès mercredi

Bloc Twitter
Photo d'archives, REUTERS

Coup d'oeil sur cet article

Les tribunaux québécois se mettent à l’ère du Web 2.0. Après trois ans d’interdiction, il sera finalement possible de tweeter dans les salles d’audience dès mercredi.

Selon ce qu’a appris Le Soleil, dès le 1er juin, les journalistes reconnus, les avocats et les parties impliquées dans une cause pourront diffuser des messages sur les médias sociaux, incluant Twitter, directement à partir des salles d’audience en Cour du Québec, en Cour d’appel et en Cour supérieure. L’envoi de textos et de courriels sera également dorénavant permis.

La directive a été modifiée à l’initiative de la Cour supérieure, indique le quotidien. Ce dernier mentionne que cette directive prévoit toutefois qu’un juge pourra, s’il le souhaite, interdire toute diffusion pendant une audience «afin d'assurer le respect du décorum, du bon ordre et le bon déroulement d'une audience».

En avril 2013, la diffusion de messages sur Twitter et sur les autres médias sociaux directement à partir des salles d’audience avait été formellement interdite par les tribunaux québécois.

Pas de problèmes ailleurs au pays

Au Soleil, le juge en chef associé à la Cour supérieure, Robert Pidgeon, a entre autres expliqué avoir cheminé et finalement choisi de lever l’interdiction après avoir constaté que l’expérience dans d’autres provinces – la plupart permettent déjà la diffusion de messages sur Twitter à partir des salles d’audience – ne causait pas de problèmes.

Rappelons que les journalistes, avocats et parties, selon les règles actuellement en vigueur, ont le droit d’utiliser leurs cellulaire, ordinateur portable ou autres appareils électroniques en salle de cours, mais seulement pour faire de la consultation ou pour prendre des notes.

Bien qu’il sera désormais possible de gazouiller, il demeurera interdit de prendre des photos, des vidéos ou de faire des enregistrements audio (ou d’en diffuser) dans une salle d’audience, précise Le Soleil.

Le quotidien ajoute que les témoins et les membres du public seront pour leur part toujours obligés d’éteindre leurs appareils électroniques avant de pénétrer dans une salle.