/misc
Navigation

Galchenyuk : difficile à comprendre

Alex Galchenyuk a été le ­meilleur joueur du Canadien
en mars et avril.
Photo d'archives Alex Galchenyuk a été le ­meilleur joueur du Canadien en mars et avril.

Coup d'oeil sur cet article

Comme bien des partisans du Canadien, j’ai beaucoup de difficulté à comprendre la décision des dirigeants de la formation Amérique, regroupant les ­patineurs de 23 ans et moins, d’ignorer Alex Galchenyuk dans la sélection finale.

Après une fin de saison époustouflante, alors qu’il apparaissait parmi les meilleurs buteurs de la Ligue nationale lors des six dernières semaines du calendrier, j’étais convaincu qu’il venait de s’assurer un poste au sein de la formation.

Or, on lui a préféré, à première vue, Ryan Nugent-Hopkins. Une décision étonnante.

J’ignore quels sont les motifs qui ont poussé les décideurs à préférer le ­centre des Oilers d’Edmonton à ­Galchenyuk. Je vous avoue que j’ai bien hâte de poser la question à mon fils, Stan, qui est le directeur général adjoint de l’équipe.

Après tout, Galchenyuk a marqué 30 buts, il a connu des moments impressionnants en mars et en avril. Il était le meilleur joueur du Canadien. Je n’ai rien contre Nugent-Hopkins, remarquez bien. C’est un joueur doué, un très bon fabricant de jeu, il appartient à une classe particulière chez les jeunes joueurs du circuit.

Galchenyuk également.

Kessel devrait y être

Faut-il aussi s’étonner de l’absence de Phil Kessel après tous les succès qu’il connaît depuis le début des séries éliminatoires. Que l’ailier des Penguins ait été boudé par les sélectionneurs de l’équipe américaine à la première occasion, ça s’explique facilement. Il éprouvait des ennuis, il causait passablement de soucis aux ­dirigeants des Penguins. Mais depuis quelques mois, c’est un autre Kessel qu’on voit à l’œuvre.

Il est déterminé, il patine avec beaucoup d’aisance et il est maintenant un joueur d’impact chez les Penguins.

A-t-on préféré Brandon Dubinsky parce qu’il est le capitaine des Blue Jackets de Columbus et que l’entraîneur des Américains est John ­Tortorella? La question m’a été posée et je ne le crois pas.

Il reste tout de même que Kessel avait sa place au sein de cette équipe américaine.

Entre-temps, je me réjouis de la nomination de Jonathan Drouin, c’est pleinement mérité. Il a été un rouage important du Lightning de Tampa Bay. Cette équipe a vraiment causé une forte surprise en accédant à la finale de l’Association de l’Est, s’inclinant lors du septième match.

Steven Stamkos a disputé un match. Anton Stralman est revenu au jeu, mais il manquait visiblement de synchronisme et je doute fort qu’il était en bonne santé. Tyler Johnson n’était pas à son mieux et Ben Bishop a raté presque toute la série contre les ­Penguins.

Chapeau à Cooper et Sullivan

Les entraîneurs Jon Cooper et Mike Sullivan ont accompli un travail colossal au cours de la dernière saison. ­Cooper a su composer avec l’adversité et Sullivan a su remettre les Penguins sur la bonne voie après un début de saison inquiétant.

Mike Smith, un de mes anciens adjoints, me disait cet automne que ­Sullivan reviendrait un jour dans la Ligue nationale.

Le printemps dernier, il avait été embauché par les Blackhawks de Chicago pour surveiller les adversaires potentiels des Blackhawks pendant les séries éliminatoires. Il avait fait un travail impressionnant à savoir comment l’équipe aurait à se préparer pour affronter telle ou telle formation.

Sullivan se retrouve en finale de la Coupe Stanley face à un rival coriace, Peter DeBoer, de qui les joueurs des Sharks de San Jose disent le plus grand bien. DeBoer prône le système de quatre lignes d’attaque et c’est sans doute pour cette raison que Joe ­Thornton connaît autant de succès dans les présentes séries.

Il a été le premier à reconnaître que DeBoer avait changé la personnalité de l’équipe, qu’il avait convaincu tous les joueurs que les Sharks possédaient les effectifs pour gagner la coupe ­Stanley.

Égalité

Ce sera une finale opposant deux équipes d’égales forces. A-t-on déjà vu Thornton aussi efficace? A-t-on épié ce printemps un marqueur aussi redoutable que Joe Pavelski? Par contre, ­Sidney Crosby joue-t-il comme un grand leader? Et Kessel a-t-il retrouvé sa touche qui faisait de lui un ­marqueur de 40 buts?

À cela s’ajoutent deux défenseurs de très haut niveau, Brent Burns et ­Kristopher Letang.

Quelle sera la stratégie de DeBoer? Qui utilisera-t-il contre Crosby?

Par ailleurs, qui chez les Penguins affrontera Thornton?

Deux attaques bien équilibrées, deux défenses à point même si les Penguins ont perdu un joueur important en Trevor Daly.

S’il y a une position où les Penguins ont un avantage, c’est peut-être devant le filet.

Martin Jones est plus expérimenté que Matthew Murray sauf que le gardien des Penguins affiche le calme d’un vétéran et il ne se laisse aucunement décourager par un mauvais but.

Est-ce que Murray pourrait faire la différence?

Il y a un élément qui devrait militer en faveur des deux formations. La fatigue occasionnée par les voyages ne sera pas une excuse.

Il y aura au moins deux, sinon trois jours pour permettre aux équipes de ­changer de ville.

Je n’ai jamais vu de toute ma carrière une série finale qui pourrait se jouer en l’espace de 16 jours si jamais on se rend jusqu’à la limite.