/24m/outings
Navigation

26e Festival St-Ambroise Fringe de Montréal: vingt jours de liberté artistique

Le Festival St-Ambroise Fringe proposera plus de 800 spectacles à travers Montréal jusqu'au 19 juin.
Photo courtoisie Le Festival St-Ambroise Fringe proposera plus de 800 spectacles à travers Montréal jusqu'au 19 juin.

Coup d'oeil sur cet article

Présenter au public des artistes non pas triés sur le volet mais tirés au sort. Octroyer à ces derniers une liberté artistique totale dans ce qu’ils présentent. C’est l’idée derrière le Festival St-Ambroise Fringe, lancé ce soir et qui se déploiera jusqu’au 19 juin dans la métropole.

«On veut que le public vienne au festival et découvre un petit bijou», lance Amy Blackmore, la directrice générale et artistique du Festival bilingue né à Édimbourg il y a près de 70 ans, et qui a fait des émules dans de nombreuses grandes villes.

«Tous les Fringe au Canada ont le même genre de mandat, c’est vraiment des valeurs de diversité, d’accessibilité et de liberté artistique, poursuit-elle. L’idée c’est vraiment que n’importe qui peut s’inscrire, donc on voit une grande variété de monde. On a aussi bien des finissants d’école qui utilisent le Fringe comme une plateforme pour lancer une carrière que des artistes davantage professionnels qui l’utilisent comme laboratoire.»

Le Festival St-Ambroise Fringe proposera plus de 800 spectacles à travers Montréal jusqu'au 19 juin.
Photo courtoisie

 

La directrice précise qu’«aucune censure n’est pratiquée» sur leur travail : le festival promet ainsi son lot de surprises au public, qui aura le choix entre plus de 800 représentations multidisciplinaires à travers une vingtaine de salles. «On propose un peu de tout : du cirque, de la danse, du théâtre, de la poésie, de la musique, c’est vraiment un grand mélange», pointe Amy Blackmore. Un autre principe du Festival est de proposer des spectacles de 10$ en moyenne et de reverser 100% de ce prix aux artistes.

«Notre programmation est composée environ à 70% de troupes locales, anglophones et francophones à parts égales, on a 15% d’artistes hors Québec, et un autre 15% d’internationaux, détaille la directrice. Ce qui est intéressant, c’est que le public francophone en profite pour aller découvrir des shows en anglais et vice et versa. C’est ce qui m’a fait moi-même tomber en amour avec le côté francophone du théâtre.»

 

Trois arrêts théâtraux au Fringe

 

Mémoire sauvage - Cimonac Productions

Le Festival St-Ambroise Fringe proposera plus de 800 spectacles à travers Montréal jusqu'au 19 juin.
Photo courtoisie

Dominique Martel présente à travers cette pièce une sorte de fable sur une femme souffrant d’anxiété chronique, qui se réveille un beau jour heureuse... Est-ce parce qu’elle est en train de se transformer en corneille ?

► Du 9 au 18 juin à la Salle Jean-Claude Germain du Théâtre d’Aujourd’hui


Akita - La Bouilloire

Le Festival St-Ambroise Fringe proposera plus de 800 spectacles à travers Montréal jusqu'au 19 juin.
Photo courtoisie

Une pièce dramatique à saveur canine : un Akita, chien japonais robuste, a été euthanasié après avoir mordu une petite fille. Camil, qui avait l’habitude de toiletter ce chien, pense être lié à l’animal et tente de se rapprocher de son maître... dont il devient le nouveau chien.

► Du 9 au 19 juin au Théâtre La Chapelle


Ubu on the table - Théâtre de la Pire Espèce

 

Le Festival St-Ambroise Fringe proposera plus de 800 spectacles à travers Montréal jusqu'au 19 juin.
Photo courtoisie

C’est un premier Fringe pour le Théâtre de la Pire Espèce qui propose ce spectacle inspiré d’Ubu Roi d’Alfred Jarry. Déjà présenté dans plus de 15 pays, Ubu on the table sera présenté en anglais.

► Du 14 au 19 juin au Théâtre La Chapelle