/news/transports
Navigation

3 ans après Mégantic, Ottawa reconnaît ne pas en avoir fait assez pour améliorer la sécurité ferroviaire

3 ans après Mégantic, Ottawa reconnaît ne pas en avoir fait assez pour améliorer la sécurité ferroviaire
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Près de trois ans après la catastrophe de Lac-Mégantic, le fédéral n'a pas encore donné suite à toutes les recommandations du Bureau de la sécurité des transports (BST).

Le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau reconnaît la situation, mais il se défend de se traîner les pieds. Il avoue que le fédéral n’en a pas assez fait pour améliorer la sécurité ferroviaire au pays depuis la tragédie du 6 juillet 2013.

«J’ai dit à plusieurs occasions que les mesures qui avaient été mises en place par le gouvernement précédent, à la suite de Mégantic, étaient un début, mais que ce n’était pas suffisant, a déclaré Marc Garneau. C’est pour ça qu’on a de l’argent dans le budget pour améliorer la sécurité.»

Les chiffres du BST concernant le nombre de trains qui sont partis à la dérive depuis sont particulièrement préoccupants. Il y en aurait eu 30 en 2014 et 42 l’an dernier.

«Ce que ça nous rappelle, c’est qu’on a fait beaucoup de belles promesses, on a beaucoup parlé de comment on voulait améliorer la sécurité ferroviaire, mais on n’a pas fait grand-chose», déplore Matthew Dubé, député du NPD dans la circonscription de Beloeil-Chambly.

Le BST avait déposé son rapport final sur le drame de Lac-Mégantic en août 2014, il y a presque deux ans. Plusieurs recommandations avaient été formulées, mais certaines d’entre elles n’ont pas été suivies, en entier, par le gouvernement fédéral.