/news/currentevents
Navigation

Un chien policier pour faire parler les enfants

Ces victimes ont souvent besoin d’aide pour parler

chien sherbrooke
Photo Éliane Thibault Kanak est la nouvelle recrue du Service de police de Sherbrooke. Le Labrador de 19 mois sera utilisé pour aider les enfants victimes d'actes criminels.

Coup d'oeil sur cet article

SHERBROOKE | Un chien policier aura pour tâche de réconforter les jeunes victimes de situations difficiles pour les aidere à parler. Il pourrait même les accompagner en cour lorsqu’ils doivent témoigner.

Le labrador Kanak sera en fonction dès le mois d’août pour aider les policiers de Sherbrooke à avoir un meilleur contact avec les enfants.

Que ce soit dans le cadre d’accidents, de suicides, d’incendies, de cas de violence conjugale ou de tout autre événement tragique, le chien sera appelé afin de fournir une présence réconfortante aux enfants.

«On imagine une petite fille de 5 ou 6 ans, qui s’est fait agresser sexuellement et qui doit raconter son histoire à un enquêteur de six pieds. On peut très bien comprendre que l’enfant soit gênée», cite en exemple l’enquêteuse Mélanie Bédard, du Service de police de Sherbrooke (SPS).

Kanak est un labrador de 19 mois qui sera utilisé en soutien aux enfants victimes d’événements tragiques. Il habite avec sa maîtresse, l’enquêteur Mélanie Bédard.
Photo collaboration spéciale, éliane thibault
Kanak est un labrador de 19 mois qui sera utilisé en soutien aux enfants victimes d’événements tragiques. Il habite avec sa maîtresse, l’enquêteur Mélanie Bédard.

Utilisé aux États-Unis

Cette dernière savait que des chiens de la sorte étaient utilisés dans l’Ouest canadien et aux États-Unis où plus de 70 sont accrédités. Quand elle a constaté l’effet que son propre animal avait sur ses enfants, elle a entrepris les démarches pour qu’un chien spécialement sélectionné puisse être formé et qu’il devienne un membre à part entière du SPS.

«Durant un interrogatoire, l’enfant va pouvoir flatter Kanak. Ça va l’apaiser, le réconforter, le sécuriser. En étant détendu, l’enfant sera en mesure de fournir un meilleur témoignage», ajoute Mme Bédard.

La présence rassurante du labrador pourrait même être sollicitée au tribunal lorsque des jeunes témoins ont à parler devant le juge. Une jurisprudence canadienne est même en vigueur à cet effet.

Un chien MIRA

Pour un travail aussi délicat, le service de police s’est adressé à MIRA, qui forme notamment les chiens guides pour les non-voyants ou les enfants autistes. Sur quatre chiots sélectionnés, Kanak avait davantage d’affinités avec sa nouvelle maîtresse.

Dans le cadre de ses fonctions, Kanak participera aussi à des événements communautaires afin de créer un rapprochement entre les policiers et la population.