/news/politics
Navigation

Aide médicale à mourir: Deltell fait volte-face

D’abord en faveur du projet de loi C-14, le député conservateur s’y est finalement opposé mardi

POL GÉRARD DELTELL
Photo Agence QMI, MATTHEW USHERWOOD Le député conservateur Gérard Deltell a voté contre le projet de loi fédéral sur l’aide médicale à mourir mardi aux Communes. Il avait au départ indiqué qu’il était favorable à C-14 malgré des réticences. 

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir d’abord indiqué qu’il voterait en faveur du projet de loi fédéral sur l’aide médicale à mourir, Gérard Deltell fait volte-face et s’y oppose.

À l’instar de la majorité des élus fédéraux de l’opposition, le député conservateur de Louis-Saint-Laurent a voté contre le projet de loi C-14, lors d’un vote final aux Communes, mardi.

En entrevue avec notre Bureau parlementaire il y a deux semaines, M. Deltell avait pourtant indiqué qu’il se prononcerait en faveur de la controversée mesure législative, malgré plusieurs réticences.

«Vaut mieux une loi imparfaite qu’un vide juridique», avait-il alors fait valoir.

Pas de pression

M. Deltell affirme ne pas avoir subi de pression de son parti et explique que sa position a évolué notamment dans les dernières 24 heures.

« Je l’avais toujours dit que le “raisonnablement prévisible” n’était pas logique, mais de voir que le ministre de la Santé du Québec aille aussi loin dans ses commentaires [...] en disant que cela est impraticable, bien, là, ça va au-delà de l’entendement.» — Gérard Deltell, député conservateur

Aussi, le fait que la loi ne sera vraisemblablement pas adoptée au Sénat d’ici le 6 juin, c’est-à-dire en fonction des délais fixés par la Cour suprême du Canada, a notamment pesé dans la balance.

«À moins d’un miracle, il n’y aura pas de loi le 7 au matin. Alors tant qu’à ne pas avoir de loi, parce que c’est ça qui va arriver, autant ne pas voter pour une loi qui n’existera pas si à la base on n’est pas pour et qu’on a de sérieuses réserves», a-t-il soutenu, mardi.

Les propos de Barrette

M. Deltell dit aussi avoir été «shaké» par les propos du ministre québécois de la Santé, Gaétan Barrette, selon qui C-14 et la disposition portant sur la «mort raisonnablement prévisible» sont inapplicables au Québec.

«Je l’avais toujours dit que le “raisonnablement prévisible” n’était pas logique, mais de voir que le ministre de la Santé du Québec aille aussi loin dans ses commentaires et qu’il ait été vraiment sévère face au gouvernement en disant que cela est impraticable, bien là, ça va au-delà de l’entendement», a ajouté le député conservateur.

Il reproche aussi au gouvernement Trudeau d’avoir rejeté des amendements proposés par l’opposition lors d’un vote lundi soir aux Communes.

Il soutient aussi que les propos du premier ministre Justin Trudeau, qui affirme que C-14 est inspiré de travaux effectués à l’Assemblée nationale ayant mené à une loi québécoise, sont «la goutte qui a fait déborder le vase».