/opinion/columnists
Navigation

Couillard sera-t-il présent en 2018?

Coup d'oeil sur cet article

Il y a bel et bien une grogne profonde chez bon nombre de députés libéraux.

Le caucus d’hier soir aura peut-être été l’occasion pour certains d’exprimer poliment leur mécontentement. Mais il ne faut pas se leurrer. Quoi qu’en dise la CAQ, il n’y aura pas de fronde envers le premier ministre.

En fait, le caquiste François Bonnardel aura rendu un fier service à Philippe Couillard en effectuant de telles affirmations. Il s’agit même d’une motivation pour les troupes libérales à s’afficher plus unies que jamais. Les brebis égarées rejoindront assurément les rangs.

Et le chef de cabinet du PM pourra respirer encore un peu. Du moins pour l’instant.

Le PM et son travail

Mais au-delà des états d’âme de la députation, il y a un questionnement qui circule de plus en plus dans les coulisses: est-ce que Philippe Couillard aime vraiment son travail?

Je ne dis pas qu’il n’a pas à cœur l’intérêt et l’avenir des Québécois. Cela le préoccupe assurément. Et il a toujours su se montrer digne des plus hautes fonctions lorsque les événements commandent une stature d’homme d’État.

Mais au quotidien, trouve-t-il que le jeu en vaut vraiment la chandelle?

Qui plus est, il n’y a qu’à jeter un coup d’œil au CV de monsieur Couillard pour constater que ce n’est pas quelqu’un qui demeure très longtemps au même endroit.

Les personnes d’une intelligence supérieure se lassent de leurs occupations plus rapidement que le commun des mortels. Une question de facilité à tout assimiler.

Et hop, on passe à autre chose.

2018

Ce questionnement en amène dès lors un autre: est-ce que Philippe Couillard sera sur les rangs pour l’élection générale du 1er octobre 2018?

S’il a l’intention de briguer à nouveau son poste, il devra faire montre d’une plus grande détermination. Sans quoi, les Québécois aussi pourraient se blaser.