/sports/others
Navigation

Objectif: 3min 38s

Charles Philibert-Thiboutot
Photo d'archives Charles Philibert-Thiboutot

Coup d'oeil sur cet article

Athlétisme Canada me demande de courir un 1500 m au moins une fois sous la barre des 3 min 38 s pour démontrer que j’ai ma place aux Jeux olympiques. J’ai le privilège de participer à une rencontre de la Diamond League demain soir, à Rome, et ce sera une course qui devrait me permettre de réussir.

Le 20 mai, j’ai fait 3 min 38,34 s à Los Angeles. J’ai réussi ce chrono sans m’être fait trop pousser. Ce n’était pas la plus grande opposition.

Mais cette fois, à Rome, je vais me retrouver dans du haut calibre. Je vais courir, entre autres, avec des Kényans. Au lieu de tirer tout le monde, je vais être au milieu du peloton et je vais pouvoir mettre mon cerveau à «off» et juste courir vite, un peu comme je l’avais fait à Monaco en juillet 2015. Dans ces conditions de course, je suis certain de pouvoir faire un meilleur chrono qu’en Californie, il y a deux semaines.

Un privilège

Depuis que j’ai réussi le standard olympique de 3 min 36 s en faisant 3 min 34,23 s, l’an dernier à Monaco, la fédération canadienne ne me demande pas de réussir une autre fois ce standard. C’est un privilège pour moi que de participer à cette course à Rome, cependant, parce qu’on sait d’avance que ce ne sera jamais une course plus lente que 3 min 38 s. C’est le genre de course qui va toujours se terminer entre 3 min 26 s et 3 min 35 s.

J’ai reçu au mois d’avril mon invitation pour participer à cette épreuve à Rome. Quand je l’ai appris, ça a facilité la planification de mon entraînement. Ça me permet de réaliser aussi que tous mes efforts de l’an passé, lorsque j’avais voyagé en Europe en assumant toutes mes dépenses afin de participer à différentes courses, me rapportent cette année. J’ai été invité à courir à Rome avant même d’avoir couru un seul 1500 m cette saison.

Retour à Monaco?

Je sais que si ça va bien à Rome, je vais probablement me faire inviter dans d’autres Diamond League en Europe. C’est ainsi que ça fonctionne. L’un de ces endroits pourrait de nouveau être Monaco, le 15 juillet. Être réinvité à Monaco, c’est un peu comme appartenir à un club sélect.

L’organisateur à Monaco a fait savoir à mon agent que, si je fais la démonstration que je suis en forme, il travaillerait fort pour me réserver une place. Cet organisateur disait avoir aimé mon audace, l’an dernier, de me rendre à Nice par mes propres moyens, aller ensuite à Monaco pour finalement sortir la meilleure performance de ma vie.

Retourner à Monaco pourrait peut-être m’aider dans mon défi de courir égal ou mieux que 3 min 34 s avant les Jeux de Rio. Il faudrait voir si j’ai la forme. L’organisateur aimerait lancer une course avec une tentative d’abaisser le record du monde. Par contre, si je ne suis pas au sommet de ma forme durant cette période, je ne prendrai pas le risque de me faire exploser. Un record du monde, je ne suis pas encore rendu là, quand même!

— Propos recueillis par Alain Bergeron