/news/currentevents
Navigation

Agresseuse sexuelle alléguée: neuf nouvelles victimes viennent de s'ajouter

Le nombre de 19 victimes présumées pourrait continuer de grimper

Roxanne Auger-Lapointe, 21 ans, restera détenue pendant encore au moins une semaine.
Photo Facebook Roxanne Auger-Lapointe, 21 ans, restera détenue pendant encore au moins une semaine.

Coup d'oeil sur cet article

Pas moins de neuf nouvelles victimes se sont ajoutées mercredi dans le dossier de Roxanne Auger-Lapointe, l’agresseuse sexuelle alléguée de Saint-Jérôme âgée de 21 ans.

Le nombre de victimes présumées s’élève désormais à 19 et il s’agit uniquement de mineures.

Roxanne Auger-Lapointe est accusée, notamment, d’agression sexuelle, de contact sexuel, de leurre informatique et d’exhibitionnisme.

«L’enquête n’est pas terminée, a indiqué Me Marie-Nathalie Tremblay, procureure de la Couronne. D’autres personnes seront rencontrées.»

Les accusations qui pèsent contre la jeune femme risquent donc de s’alourdir dans les prochains jours.

L’accusée reviendra en cour la semaine prochaine, pour laisser le temps à son avocat de prendre connaissance de la nouvelle preuve déposée mercredi matin. D’ici là, elle restera détenue.

Les faits reprochés se seraient déroulés au cours des trois dernières années à Saint-Jérôme, Mirabel, Blainville, Sainte-Sophie, Saint-Lin–Laurentides et Saint-Colomban.

Épuisée

Tout comme la semaine dernière, une dizaine d’amis, ses frères, sa mère et son beau-père étaient présents pendant sa comparution.

Vêtue d’un chandail blanc et d’un pantalon beige, la jeune femme s’est étiré la tête à plusieurs reprises alors qu’elle était dans le banc des accusés pour voir ses proches.

Menottes aux poignets, elle a semblé soulagée et heureuse de voir le nombre de personnes qui s’étaient déplacées pour elle.

Derrière les barreaux depuis près de deux semaines, Auger-Lapointe semble de plus en plus fatiguée chaque fois qu’elle se présente devant le juge.

Mercredi, elle affichait une mine particulièrement épuisée.

Son histoire a fait couler énormément d’encre dans les médias depuis son arrestation à la mi-mai. Les autorités ont même fermé sa page Facebook le lendemain de sa première comparution puisque les messages haineux s’accumulaient et étaient ingérables.

L’agresseuse sexuelle alléguée a d’ailleurs semblé mécontente de voir les journalistes présents à sa comparution mercrediet a même soufflé un juron en les regardant.

Modus operandi

La femme de 21 ans utilisait vraisemblablement le même modus operandi chaque fois qu’elle se cherchait une nouvelle victime potentielle, selon ce que l’enquête a permis d’établir.

Soit elle rôdait autour des écoles à bord de sa Toyota Corolla rouge pour aborder des adolescentes, soit elle les trouvait sur les réseaux sociaux, ont dit les policiers.

Des victimes alléguées interrogées par Le Journal l’ont dépeinte comme une «copine» extrêmement manipulatrice et possessive.