/news/consumer
Navigation

Plusieurs cas de brûlures: de nombreux foyers à l’éthanol ne sont pas sécuritaires

Foyers à l’éthanol
Photo Courtoisie Foyers à l’éthanol

Coup d'oeil sur cet article

LONGUEUIL – De nombreuses personnes ont subi des brûlures graves pendant l’utilisation de foyers à l’éthanol, notamment parce que plusieurs appareils ne sont pas sécuritaires.

Selon Jean-Guy Ranger, du Service de sécurité incendie de l’agglomération de Longueuil, ces foyers sont apparus autour de 2007. Pour alimenter la flamme, on utilise de l’éthanol, un carburant.

«C’est un peu comme du produit à fondue, a expliqué M. Ranger. C’est hautement inflammable et les flammes sont transparentes. Le problème, c’est que les appareils ne sont pas sécuritaires. On peut le remplir quand la flamme est encore là.»

Les brûlures surviennent souvent lorsque les gens manipulent le liquide combustible pour remplir le petit réservoir.

«Souvent la flamme remonte, les gens ont peur de se brûler et l’échappent ou le lancent. Le liquide se vaporise», a souligné M. Ranger.

Selon M. Ranger, il faut acheter seulement ceux qui sont homologués par un organisme. Il faut aussi que l’appareil soit fixe, pour éviter de tenter de le déplacer si les flammes se propagent.

Surtout, il faut éviter à tout prix de remplir le réservoir quand il est chaud. On doit attendre un minimum de 15 minutes.

La Régie du bâtiment du Québec a publié une fiche d’information détaillée à ce sujet.

M. Ranger met en garde contre l’achat d’un foyer à coût modique.

«Souvent, c’est des petits appareils qui viennent de la Chine et qui n’ont pas d’homologation, a mentionné le pompier. Ils font des appareils décoratifs. Avec la chaleur du produit qui brûle, les matériaux ne sont pas assez résistants pour ça. Ça a causé un bris d’appareil et le liquide s’est répandu.»