/travel/destinations
Navigation

Démystifier le classement des hôtels

Le système de classement des tout-inclus semble ­arbitraire.
Photo d’archives Le système de classement des tout-inclus semble ­arbitraire.

Coup d'oeil sur cet article

Êtes-vous de ceux qui accordent une grande importance aux étoiles qu’affiche un établissement avant d’y faire une réservation ? Attention, car vous pourriez bien être surpris.

En effet, comme chaque pays possède son propre système de classification, on peut être généralement satisfait d’un 3 étoiles au Québec alors qu’ailleurs dans le monde, un hôtel de la même classification serait en deçà de nos attentes.

Certains pays ou certaines provinces ont adopté des règles de classification différentes. C’est le cas du Canada. Les provinces de l’Ouest sont évaluées par le système mis en place par Canada Select. De son côté, le Québec fait plutôt appel à un organisme sans but lucratif, la Corporation de l’industrie touristique du Québec (CITQ).

Depuis 2001, les classificateurs visitent les établissements et les évaluent sur la base de critères qui tiennent compte du confort, de la qualité des installations, de la propreté et de l’accessibilité­­. Avec ces critères, on souhaite éliminer toute subjectivité.

«Le classement par étoiles n’est pas nécessairement un gage de qualité, affirme David Debeule­­, directeur régional pour le Canada de Hotels.com. Un hôtel peut offrir les services nécessaires pour être classé quatre étoiles tout en fournissant un service de qualité médiocre». C’est donc un système qui comporte ses faiblesses.

Selon Michel Rheault, directeur général de la CITQ, les prestations du service peuvent varier d’une journée à l’autre ou d’une personne à l’autre.

C’est pourquoi la CITQ n’en tient pas compte dans son évaluation «objective» d’un établissement. Même chose pour l’évaluation du décor, qui en ravira certains et d’autres pas du tout.

Ailleurs dans le monde

Aux États-Unis, la classification est basée sur un système volontaire de nature commerciale (AAA, Mobil) pour lequel les établissements doivent payer. En clair, si un établissement ne paie pas, il n’obtiendra pas d’étoiles.

Par contre, en Europe, bien que la façon de faire soit différente de celle du Québec, la CITQ a pu vérifier que le résultat est sensiblement le même.

Là où les différences sont les plus marquées, c’est dans les tout-inclus dans le sud. Dans ces endroits, ce sont les grossistes en voyage (Vacances­­ Air Canada, Vacances Transat, Sunwing­­) qui attribuent la cote aux établissements qu’ils offrent à leurs clients. Voilà qui explique­­ les incroyables fossés entre deux tout-inclus qui affichent pourtant les deux 5 étoiles.

Faisant preuve de transparence, Vacances Air Canada indique d’ailleurs clairement cette pratique sur son site internet: «La classification proposée est établie à partir de l’interprétation de renseignements recueillis auprès de différentes sources et prend en considération l’opinion de critiques indépendants ainsi que celle de la clientèle et de ses employés qualifiés».

Comment s’y retrouver ?

Comme les voyageurs n’ont pas tous les mêmes besoins en matière d’hébergement, il n’est pas facile de répondre à cette question, indique­­ David Debeule.

Certains voyageurs choisissent leur hôtel en fonction du système de classification des étoiles parce qu’ils désirent un minimum de confort ou des services particuliers, tandis que d’autres préfèrent séjourner dans des hôtels qu’ils connaissent.

Finalement, le critère décisif est habituellement le prix, et à en juger par la liste des services les plus recherchés (WiFi gratuit, stationnement gratuit, déjeuner gratuit), les voyageurs cherchent par tous les moyens à économiser.

COMMENT FAIRE SES PROPRES RECHERCHES ?

Se fier uniquement au nombre d’étoiles affichées par un établissement hôtelier peut s’avérer très risqué, surtout dans le sud.

Soyez donc très précis dans vos recherches et lorsque vous réservez, prenez le temps d’étudier les sites internet, informez-vous auprès de ­votre agent de voyages, de vos amis et connaissances et rendez-vous sur les sites de commentaires comme TripAdvisor (https://fr.tripadvisor.ca) et Monarc (www.monarc.ca/ commentaires-hotels/).

Enfin, gardez bien en tête que de nombreux commentaires négatifs ont été écrits à la suite d’une frustration tandis que ceux qui sont dithyrambiques­­ viennent parfois d’un vif encouragement de l’hôtelier ou proviennent directement de ses proches.

Sachez lire entre les lignes et faire le tri.

Le nombre d’étoiles permet aussi de faire un choix plus éclairé, sachant que plus il y a d’étoiles, plus on s’y sentira comme dans un cocon, mais plus le prix sera élevé.

Il faut toutefois garder à l’esprit les informations citées plus haut, à savoir que ce système de classification n’est pas uniforme.