/news/currentevents
Navigation

Les avocats du maire coûtent 200 $ par citoyen

La loi impose aux citoyens de L’Assomption de payer ses 29 causes, même les quatre dossiers criminels

Le maire Jean-Claude Gingras coûte cher aux contribuables de L’Assomption.
Photo d'archives Le maire Jean-Claude Gingras coûte cher aux contribuables de L’Assomption.

Coup d'oeil sur cet article

L’ASSOMPTION | Les dépenses judiciaires pour défendre le controversé maire Jean-Claude Gingras ont coûté près de 200 $ à chacun des 20 000 citoyens de L’Assomption.

La Ville de L’Assomption, dans Lanaudière, a dépensé 3,8 M$ en frais d’avocats pour défendre le maire Jean-Claude Gingras, qui a été arrêté en juin 2014 et notamment accusé d’abus de confiance, de menaces de représailles et d’entraves à la justice.

Les sommes engagées en dépenses et frais judiciaires par l’administration représentent 10 % du budget annuel de 36 M$ de la municipalité de 20 000 habitants.

«Il faut respecter la loi, et la loi nous oblige dans la plupart des dossiers à payer les frais d’avocats du maire», a indiqué le conseiller Claude Rivest.

Le maire Jean-Claude Gingras, qui a vu sa ville être mise sous tutelle il y a un an, est impliqué directement dans 29 causes judiciaires, dont quatre criminelles, depuis son élection en novembre 2013.

Surplus utilisés

La municipalité a puisé dans ses surplus pour payer les avocats du maire, mais plusieurs projets ont dû être retardés ou mis sur la glace pour défendre le maire.

Malgré ses problèmes avec la justice et la tutelle de sa ville, le maire Jean-Claude Gingras est toujours en fonction et touche son salaire de 57 000 $ par année.

«Il ne fait que présider une assemblée de deux heures à chaque mois et agit souvent avec un mépris des élus et des citoyens», a dit le conseiller Jean Raynault.

Les procédures de destitution du maire entreprises par la Ville et par le gouvernement du Québec ne seront probablement pas complétées avant les prochaines élections de novembre 2017.

«Les citoyens font circuler une pétition demandant la démission du maire. Les résidents en ont plus qu’assez de l’image négative de leur ville dans les médias», ajoute le conseiller Jean Raynault.

Enquête publique

Comme si ce n’était pas assez, une deuxième enquête publique sera tenue en octobre et novembre et fait suite à une plainte en déontologie.

Les énergies et les dépenses liées aux différents dossiers impliquant les présumés agissements du maire Gingras ont retardé de nombreux projets pour L’Assomption (voir tableau ci-contre).

«Au lieu de gérer la ville et d’offrir et améliorer les services aux citoyens, nous avons dû nous occuper de litiges qui n’ont rien à voir avec la bonne gestion», indique Claude Rivest.

Projets retardés

  • Deux projets de construction résidentielle retardés d’un an
  • Construction de la caserne d’incendie
  • Projet du Complexe municipal
  • Travaux d’infrastructure
  • Relations difficiles avec des partenaires municipaux et gouvernementaux

Les coûts pour l’instant

  • Dossiers criminels 65 862,83 $
  • Dossiers civils 1 488 077,41 $
  • Dossiers institutionnels 724 857,84 $
  • Dossiers administratifs 1 580 510,43 $

 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.