/entertainment/tv
Navigation

Un «wake-up call»

Victime d’un infarctus, Antoine Bertrand devra maintenant écouter son corps

Antoine Bertrand
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Victime d’un infarctus sur le plateau de tournage de la deuxième saison des Pays d’en haut, Antoine Bertrand est conscient qu’il vient de recevoir un avertissement très sérieux. Un  incident qu’il a qualifié de «wake-up call» ultime.

«Je le prends comme un avertissement. Ça fait une semaine que je ne fume pas et que je mange excessivement bien. Oui, il y a de la peur, mais, à partir de là, tu ne peux pas faire autrement qu’avancer, d’écouter ton corps et faire des bons choix. Et des bons choix, ce n’est pas juste pour un mois, c’est pour la vie», a-t-il laissé tomber, mercredi matin, lors d’une entrevue avec l’animateur de radio Paul Arcand.

Visite de plateau de «Les pays d'en haut»
Antoine Bertrand
Photo Agence QMI, Philippe-Olivier Contant

Le comédien de 38 ans a raconté que les petites douleurs au bras droit et les serrements au thorax qu’il ressentait depuis quelques jours sont devenus persistants sur le plateau des tournages des Pays d’en haut.

Visite de plateau de «Les pays d'en haut»
Antoine Bertrand
Photo Agence QMI, Philippe-Olivier Contant

Bloquée à 100 %

Un médecin s’est présenté sur les lieux. Il a pris la tension du comédien et décidé, après quelques examens, de le diriger vers l’hôpital Saint-Luc à Montréal.

«Les médecins n’ont rien vu sur l’électrocardiogramme. Ils ont fait des prises de sang et j’ai senti, au retour des analyses, que tout le monde embrayait en deuxième vitesse. C’est là que j’ai su que j’étais en train de faire un infarctus. On m’a transféré à l’Hôtel-Dieu de Montréal et à partir de là, tout s’est mis à mieux aller», a-t-il indiqué.

Une des artères du comédien, qui personnifie le curé Labelle, était bloquée à 100 %.

«Je suis resté éveillé tout le long et ils ont pu débloquer ça en passant par le bras. C’est arrivé mercredi et je suis sorti de l’hôpital samedi en après-midi», a-t-il dit.

Antoine Bertrand a raconté qu’il était le plus jeune patient du département de cardiologie de l’Hôtel-Dieu.

«J’ai eu tout un coup de pied au cul», a-t-il laissé tomber, ajoutant qu’il allait bien, que les séquelles étaient minimes et que son cœur fonctionnait à 100 %.

Antoine Bertrand est conscient que l’incident aurait pu avoir de graves conséquences.  «Ça relativise bien des affaires. Pas juste au niveau de la carrière, mais aussi au niveau de la vie», a-t-il admis.

Vous pouvez écouter l'entrevue d'Antoine Bertrand en cliquant ci-dessous.